Vénissieux : Michèle Picard et "l'entêtement" de Collomb

La candidate PCF aux municipales de Vénissieux les 22 et 29 mars prochain estime que le maire de Lyon tente d'imposer des "exigences contraires au rassemblement le plus large" de la gauche pour le scrutin.

A un mois des élections municipales de Vénissieux, le Parti socialiste et les communistes n'ont toujours pas trouvé d'accord pour monter une liste commune.

Une position doit être définie par le PS, au niveau national, lors d'un bureau qui doit se réunir la semaine prochaine. En attendant, Michèle Picard, élue en 2014 avant l'annulation du scrutin, a lancé sa nouvelle campagne en fin de semaine, lors d'un meeting qui a rassemblé quelques centaines de personnes.

"Le soutien et l'engagement s'amplifient pour assurer la victoire de la majorité municipale contre la droite et l'extrême droite, pour préserver et conserver une ville progressiste, solidaire, rempart contre l'austérité, les inégalités et l'exclusion", s'est-elle félicité.

Toutefois, elle regrette les incertitudes autour d'une alliance avec le parti socialiste. "Nous nous étonnons de l'entêtement de Gérard Collomb et du secrétaire fédéral du Parti socialiste, qui tentent de nous imposer des exigences inacceptables et contraires au rassemblement le plus large", a déclaré l'élue communiste.

Les listes devraient, selon Michèle Picard, être déposées le 2 mars prochain.

à lire également
Police
En un an, les quantités de drogues saisies ont triplé en un peu moins d’un an dans le quartier des Minguettes, à Vénissieux. 90 kilos de cannabis ont été saisis notamment depuis janvier 2018.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut