Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France (Photo par Pascal GUYOT / AFP)

Valérie Pécresse à Lyon Capitale : "je veux absolument travailler avec Laurent Wauquiez"

Candidate à l'élection présidentielle, Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Ile-de-France, est à Lyon jeudi et vendredi. Elle a notamment rencontré Alain Mérieux jeudi. Puis doit s'entretenir avec Laurent Wauquiez vendredi. En marge d'un temps d'échange avec des élus et militants lyonnais, elle a glissé quelques mots à Lyon Capitale. Reportage et interview.

Réélue largement à la tête de la région la plus peuplée de France, l'Île-de-France, au mois de juin lors des régionales, Valérie Pécresse est désormais dans une autre course. L'Elysée. La candidate de droite l'a martelé lors de son passage à Lyon, jeudi. Elle veut rassembler. Elle veut gagner.

Vendredi, elle doit s'entretenir vendredi à l'Hôtel de région avec Laurent Wauquiez, le grand absent de la primaire de la droite - enfin si elle a lieu. Jeudi, Pécresse a rencontré Alain Mérieux puis a échangé avec des élus et militants dans une brasserie du 2e arrondissement de Lyon, place Carnot. Avec combativité. Et une cible principale : Emmanuel Macron. Elle qui est souvent accusée, par ses opposants, de ne pas être loin d'être macron-compatible.


"En Marche, c'est un club de supporteurs d'Emmanuel Macron"

Valérie Pécresse aux militants lyonnais


"En Marche, ça n'existe pas. C'est une fiction. Le vrai clivage c'est le clivage droite-gauche. Il y a des Français qui aiment plus l'égalité, qui sont de gauche. Il y a des Français qui aiment plus la liberté, ils sont de droite. C'est un clivage structurant. C'est un clivage historique. Ce clivage, il existe toujours. En Marche, c'est un club de supporteurs d'Emmanuel Macron, c'est tout. D'ailleurs, quand vous leur demandez ce qu'ils pensent sur un sujet, ils ne savent pas, il faut d'abord qu'il demandent au chef", s'enflamme jeudi soir Pécresse devant une assistance lyonnaise où on trouve Pierre Oliver, le maire du 2e arrondissement, Dominique Nachury, ancienne députée de Lyon, ou encore la conseillère municipale centriste de Lyon, Anne-Sophie Condemine. Cette dernière soutient la candidature de la présidente de la région Ile-de-France.

"Le président de la République n'a pas vraiment de convictions. Il est en train de nous faire un programme sécurité qui est le contraire de ce qu'il a fait pendant 5 ans. Il est en train de venir quoi : piller nos idées. Ce qu'il a compris, c'est que les solutions de la droite sont celles que plébiscite le pays. Le pays veut de l'ordre, que la loi soit respectée. C'est le bon sens français", poursuit la candidate.

"Au 1er tour (de la présidentielle), on peut passer devant Marine Le Pen"

Pendant plusieurs minutes, elle parle emploi, famille et stratégie. Et tente de persuader son auditoire qu'un succès est possible en 2022. "Nous sommes dans une configuration intéressante. Eric Zemmour, il vient complètement percuter la campagne de Marine Le Pen. Il vient, auprès de ses électeurs, mettre ce que nous nous savons, le doute sur sa compétence. Et ça c'est très important", explique Pécresse, persuadée que Marine le Pen "est surévaluée dans les sondages".  "Au 1er tour, on peut passer devant Marine Le Pen. Et au 2e tour, on se retrouve la droite face à Macron, c'est une autre histoire... C'est ça la stratégie. Cette élection elle est gagnable... Mais pour qu'elle soit gagnable, il faut qu'on soit tous unis... Je veux faire gagner la droite", martèle-t-elle.

Après son speech d'environ 1 heure et des discussions avec des militants qui lui réclament, à l'envi, l'union, Valérie Pécresse revient quelques instants pour Lyon Capitale sur son passage à Lyon.

LyonCapitale.fr : Quel est votre programme à Lyon ?

VALERIE PECRESSE : Dans le cadre de mon tour de France des solutions où je présente mon programme et où je le teste avec des acteurs locaux, j'ai été rencontré Alain et Alexandre Mérieux à la Fondation Mérieux pour parler avec eux de recherche, d'enseignement supérieur. Sur l'infectiologie et la crise covid, l'idée de faire un centre d'excellence mondial à partir de Lyon autour des centres de recherche lyonnais, ça me paraît une idée très porteuse. On a ensuite parlé de l'IDEX et de l'université de Lyon qui est une vraie perte pour Lyon. Il faut faire en sorte que l'université de Lyon revienne une université d'excellence. On a beaucoup parlé recherche et Lyon.

On a aussi parlé de ma proposition de créer un vrai ministère de l'industrie et de la recherche pour pouvoir faire des vrais projets industriels, décloisonner recherche et industrie pour trouver des vaccins, pour travailler sur de nombreuses technologies.

Jeudi soir, je vais aller à Ecully, pour pouvoir voir un projet assez innovant de commissariat commun police municipale - police nationale. On va aller patrouiller avec la police près de La Duchère. Je petit-déjeune vendredi avec des femmes entrepreneuses, je sais qu'à Lyon il y a une très forte dynamique entrepreneuriale de femmes, extrêmement motrices.

Vous allez aussi rencontrer celui qui aurait pu être l'un de vos concurrents, le régional Laurent Wauquiez ?

Oui. Je veux travailler avec tous les talents de la droite. C'est l'équipe de France. Laurent a eu une superbe victoire dans sa région, il est l'un des talents de cette équipe de France et l'un des talents les plus remarquables. Il a décidé lui de ne pas se présenter à la présidentielle, on avait cosigné ensemble une tribune pour appeler à une primaire, je pensais qu'on y serait tous les deux. Il a décidé de ne pas y aller pour des raisons qui sont les siennes. Mais moi je veux absolument travailler avec lui.


Que pensent les élus lyonnais de Valérie Pécresse ?

Pierre Oliver, le maire LR du 2e arrondissement (à LyonCapitale.fr) : "J'étais pour que Laurent Wauquiez soit le candidat de la droite à la présidentielle. Il a fait un choix différent. Laurent Wauquiez a exprimé se volonté d'accueillir l'ensemble des candidats dans la région. C'était tout naturel de recevoir Valérie Pécresse, pour qui j'ai de la sympathie. C'était important de la faire venir dans le 2e. Dans les candidats qui se présentent, il y en a plusieurs que j'aime beaucoup. Il faut se reporter sur un nouveau choix, j'aime bien les idées que porte Valérie Pécresse, j'aime bien les idées que porte Michel Barnier, mais ce qui compte c'est que tout le monde soit uni pour aller à la présidentielle et l'emporter"


"Je préfère de loin la démarche de Valérie Pécresse à celle de Xavier Bertrand"

Sébastien Michel, maire d'Ecully


Sébastien Michel, le maire LR d'Ecully (à LyonCapitale.fr) : "Je suis quelqu'un d'ouvert et de modéré.. Toutes les personnalités nationales qui veulent venir voir ce qui se passe à Ecully sont les bienvenues. Valérie Pécresse, j'ai souhaité pouvoir lui expliquer tout ce qu'on est en train de mettre en œuvre en matière de sécurité. Mme Pécresse, je la suis depuis longtemps, elle dit des choses intéressantes, elle a une méthode de travail intéressante, c'est une fierté de l'accueillir à Ecully. On a besoin de rassemblement, d'union. J'observe ce que fait Valérie Pécresse, j'ai aussi reçu Michel Barnier au début de l'été. Je pense que Valérie Pécresse pourrait être une excellente candidate, on va déjà attendre le 25 septembre pour voir la méthode de départage qui sera actée par les militants. Ce qui certain, c'est que je préfère de loin la démarche de Valérie Pécresse à celle de Xavier Bertrand"

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut