Tête viré : “les socialistes paniquent”

Etienne Tête a été limogé ce lundi de ses fonctions d’ajoint à la Ville de Lyon suite à son entretien avec Gérard Collomb. Premières réactions.

Nathalie Perrin-Gilbert, maire PS du 1er arrondissement
“Personne n’en sort grandi”
“C’est toujours un échec quand on est obligé de remercier quelqu’un. Etienne Tête est un élu de valeur. Il a apporté une réflexion et des avis dans l’équipe dont on pouvait tenir compte. Il est allé loin dans ses propos mais s’il l’a fait c’est parce qu’il n’était pas écouté par Gérard Collomb et son entourage. C’est révélateur du manque de dialogue et les tiraillements qui existent dans la majorité municipale. Cette affaire démontre un vrai problème de gouvernance et de dialogue. Personne n’en sort grandi. Gérard Collomb est obligé de sanctionner. Il l’a fait avec moi en m’empêchant de me présenter aux régionales et il le fait aujourd’hui avec Étienne en lui retirant sa délégation. Quand en politique, on est sûr de soi, on n’a pas besoin d’en passer par là. Je suis soucieuse pour le reste du mandat. Je déplore cette sanction.”

Michel Havard, conseiller municipal UMP et leader du groupe d’opposition
“Un mode de gouvernance désuet”
“Ce problème interne à la majorité est révélateur de la méthode Collomb. Je me souviens de la phrase “Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne”. Elle s’applique à Gérard Collomb. Je trouve sa manière de gérer cette affaire très particulière. Au XXIème siècle, cela laisse rêveur de voir un tel mode de gouvernance. C’est désuet. Quelque soit le sujet, dans la majorité, si vous n’êtes pas d’accord avec Gérard Collomb, vous êtes viré ! Je ne suis qu’à moitié surpris. Je sentais que le ton montait et puis les élections régionales approchent. Gérard Collomb cherche à montrer qu’il est ouvert mais entre ce qu’il dit et la réalité, il y a un gouffre. Il n’est ouvert qu’à ceux qui pensent comme lui et surtout qui ne le contredisent pas”.

Philippe Meirieu, candidat d’Europe Écologie aux régionales
“Je ne comprends pas la légitimité de son limogeage”
“Sur le fonds, je suis solidaire d’Étienne Tête qui s’est positionné contre des projets que nous Europe Écologie nous considérons comme des dépenses inutiles et anormales au regard de l’intérêt collectif. Etienne Tête a expliqué que les propos qu’il a tenu dans Tribune de Lyon avaient été déformés. Dès lors, l’incident aurait dû être clos. Je ne comprends pas la légitimité de son limogeage”.

Alain Coulombel, conseiller régional Les Verts
“Les socialistes paniquent”
“Les régionales approchent et nous sommes partis en autonome. Nous avons une chance d’être en tête au premier tour et Etienne Tête est l’un des animateurs de notre campagne. Il peut y avoir un lien entre son limogeage et les élections régionales. Dans une situation différente, la réaction aurait pu être différente. Les relations que nous entretenons avec le PS qui est notre partenaire vont être amenées à se tendre. Je sais aussi que Gérard Collomb n’avait pas une grande affection pour Étienne Tête et je pense que ses propos sur le Grand stade ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je suis solidaire d’Étienne Tête. Je crois qu’Europe Écologie fait peur au PS et que les socialistes paniquent”.

Gilles Buna, adjoint Les Verts à l’urbanisme
“Il a franchi la ligne jaune”
“Dans le contexte pré-régionales, il y a des tensions qui ne sont pas anormales entre une force qui s’affirme et qui veut prendre de l’espace aux socialistes et le PS. Après, il ne faut pas donner de prétexte, comme l’a fait Étienne Tête, à l’exacerbation de ces tensions. Je pense qu’il est souhaitable que nous fassions de la présence d’Étienne Tête à un poste de vice-président de la région l’une des conditions d’un accord au second tour. D’autre part, la tension n’est pas liée à l’opposition sur tel ou tel projet mais elle est personnalisée entre Étienne et Gérard. Je leur avais fait remarquer qu’il était souhaitable de revenir à des choses plus raisonnables. Aujourd’hui, nous formons une majorité municipale et nous partageons 98 % des projets. Sur un ou deux projets, comme l’OL Land ou le TOP, nous avons quelques points de désaccords, il faut que l’on apprenne à les gérer. Toute cette affaire me semble un peu dérisoire au lendemain de l’échec retentissant de Copenhague. On devrait s’agiter sur comment sauver la planète plutôt qu’à des questions d’égos. Si Étienne a dit ce qu’il a dit, je pense qu’il a franchi la ligne jaune. Il dit d’ailleurs qu’il comprend l’indignation de Gérard Collomb. Ces propos ont-ils été tenu ? Un journaliste dit oui, Étienne dit non. Il vaut mieux éviter de dire que le maire ment ou qu’il se compromet. Il faut trouver les moyens de retrouver la sérénité pour les régionales pour qu’il y ait un accord entre les deux tours”.

Thierry Philip, conseiller régional socialiste et maire du troisième arrondissement
"Une conception assez personnelle du fait majoritaire"
“Je pense que si on lit le papier paru dans Tribune de Lyon, Etienne Tête a effectivement franchi la ligne jaune. Il n'y a aucun problème à ne pas être d'accord avec le maire de Lyon sur une opinion, et en particulier le fait que M. Tête ait une opinion différente de Gérard Collomb sur Euronews, cela ne me choque pas. Par contre, qu'il franchisse la ligne jaune en traitant le maire de menteur et en s'attaquant personnellement à lui, cela me choque. Quand on est dans une majorité, il faut être solidaire. A partir du moment où on attaque les personnes, pour moi, on franchit la ligne jaune. Ce n'est pas le fait de s'attaquer aux idées, mais bien à la personne. Et je sais que Gérard Collomb n'est pas choqué par le fait qu'on attaque ses idées. A partir de là, une majorité, c'est comme une équipe de football. Il y a des choses qui doivent se régler dans les vestiaires. Je ne suis pas choqué qu'à un moment donné l'arbitre sorte un carton rouge. À ma connaissance, il n'a pas sorti de carton rouge immédiatement, il y a eu des cartons jaunes avant. C'est donc la règle qui s'applique normalement. Au bout d'un certain nombre de cartons jaunes, on a un carton rouge et en plus, il faut respecter l'arbitre, cela fait partie des règles du jeu.
Tête n'est pas un martyr, c'est quelqu'un qui a une conception assez personnelle du fait majoritaire. Et en ce qui concerne les élections régionales (en mars prochain, ndlr), il serait bon que M. Tête fasse la liste des points sur lesquels il est en désaccord avec Jean-Jack Queyranne. Cela simplifierait la tâche à tout le monde, aux électeurs et aux partenaires politiques. Il serait bon aussi qu'il nous donne la liste des points pour lesquels il acceptera de fonctionner dans une majorité démocratique, c'est à dire de s'incliner quand il n'est pas majoritaire, c'est la base de la démocratie. Et enfin, qu'il nous donne la liste des points sur lesquels il ne s'inclinera pas et donc qu'il attaquera juridiquement le lendemain matin. Cette liste simplifiera considérablement le travail des électeurs informés avant et pas après, et en même temps celui des partenaires dont je fais partie.“

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut