Le mathématicien Cédric Villani, à Lyon, en 2014 © Tim Douet
Le mathématicien Cédric Villani, à Lyon, en 2014 © Tim Douet
Article payant

Sans cours ni recherche exigés le poste en or de Cédric Villani à l’université Lyon 1

Génie des mathématiques et nouveau visage de La République en Marche, Cédric Villani a été rémunéré plus de six ans comme enseignant-chercheur par l’université Lyon 1 pour un cours par an et une recherche “variable”, lorsqu’il était directeur de l’institut Poincaré à Paris.

Le concept de flexisécurité n’a pas attendu Emmanuel Macron pour se mettre en marche à Lyon. Grâce à l’université Claude-Bernard/Lyon 1, Cédric Villani a eu pendant six ans l’assurance d’un salaire d’enseignant-chercheur sans avoir à justifier des contreparties habituellement afférentes à cette fonction publique. Déchargé d’enseignement, l’emploi du temps encombré de ce remarquable vulgarisateur et sa mission de directeur de l’institut Poincaré à Paris ne lui ont pas permis d’assurer plus d’un séminaire doctoral par an. Les découvertes exceptionnelles ayant valu à Cédric Villani en 2010 la médaille Fields (plus haute distinction internationale en mathématiques, attribuée à un chercheur de moins de 40 ans) lui ont donné des ailes. “Quand il a eu sa médaille, il a arrêté de faire des maths le lendemain, c’est un choix conscient”, raconte un ancien collègue, visiblement embarrassé de répondre sur la situation d’un confrère personnellement apprécié. “Pendant les six ou sept ans qui ont suivi, il est devenu un administrateur et un vulgarisateur des mathématiques, ce qu’il a fait remarquablement bien”, ajoute-t-il.

Erreur embarrassante

Il vous reste 91 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut