Capture d’écran 2013-06-18 à 12.29.50

Primaire écolo : les 4 candidats qui défient Collomb

Capture d’écran 2013-06-18 à 12.29.50 ()

La primaire UMP passée, place à celle des écologistes le 29 juin. Quatre candidats sont sur les rangs, qui sonnent déjà l'hallali sur le maire sortant.

En l'absence de Philippe Meirieu (lire ici), ce sont quatre candidats qui se présenteront au suffrage des militants écologistes et signataires de l'appel "Un nouveau souffle pour Lyon", le 29 juin à la Plateforme. Ils désigneront une femme et un homme têtes de liste à l'occasion de ces Assises citoyennes. L'heureuse élue est déjà connue : Emeline Baume, seule à concourir. Nathalie Perrin-Gilbert a en effet décidé de ne pas entrer en lice, poursuivant sa démarche singulière au sein du Gram. Trois élus se disputent la place masculine : Pierre Hémon, président du groupe municipal, Etienne Tête, conseiller régional, et Bruno Charles, vice-président de la communauté urbaine.

La candidate n°1 est déjà connue

Emeline Baume

© Tim Douet

Leurs professions de foi sont déjà en ligne. Elles donnent le ton de leur positionnement au cours des quelques jours de campagne à venir. Ode à la décroissance pour Emeline Baume, qui se dit "convaincue de l'autogestion" et qui oppose le "plus" au "mieux". "J'ai porté avec conviction et constance des expériences collectives et alternatives au productivisme", souligne-t-elle. Sa prose porte plus sur ses valeurs que sur son projet.

Capture d’écran 2013-06-18 à 12.27.20 ()

Bruno Charles est probablement le candidat le plus Collombo-compatible. Vice-président au Grand Lyon, il travaille en bonne intelligence avec le président de la communauté urbaine depuis 2008, portant notamment le plan climat. Une participation qui l'a parfois mis en porte-à-faux avec ses camarades. Il y fait allusion lorsqu'il enjoint les écologistes à "dépasser la posture d'opposants permanents". Sa profession de foi insiste sur les enjeux environnementaux. "Les scientifiques nous disent que nous n'avons qu'une quinzaine d'années pour organiser la transition vers une société sobre avant que les besoins de l'humanité dépassent les capacités de production de la planète", expose-t-il.

Hémon pour le rapport de force

Pierre Hémon-Gérard Collomb. Montage Lyon Capitale.

© Tim Douet

Président du groupe EELV à la Ville, Pierre Hémon met en avant son "expérience", son "savoir-faire", son "expertise d'élu à la Ville connaissant sa complexité, l'organisation de ses services, le fonctionnement de son assemblée". Il est favorable à une alliance de second tour avec Gérard Collomb, mais sans craindre le bras de fer avec le maire sortant. "Obtenir le meilleur score dès le premier tour est la seule façon d'imposer un accord à des concurrents qui ne connaissent que le rapport de force", affirme-t-il. Il se paie au passage le maire sortant, dont il a "vu la dérive autoritaire s'amplifier", tout comme il a vu "l'économique prendre le pas sur l'humain". Il fixe un objectif : gagner "un ou plusieurs arrondissements".

Tête : le négatif de Collomb

etienne tete © tim douet ()

© tim douet

Dans ce registre d'opposant à Gérard Collomb, Etienne Tête n'a pas besoin d'en rajouter, lui qui est le pourfendeur numéro un du Grand Stade et qui a été viré par Gérard Collomb à Noël 2009. Comme il le rappelle, il a même construit sa carrière en opposant : à Superphénix, à TEO, à Charles Millon puis au Grand Stade. Mais le conseiller régional ne peut pas s'en empêcher, comme quand il cite le projet de l'ancien maire Francisque Collomb, "Lyon 2010, un projet d'agglomération pour une métropole européenne", pour railler l'obsolescence des vues de l'édile actuel. Il perçoit cette ambition européenne comme un "habillage (...) pour arroser d'aides publiques un réseau de relations, d'hommes d'affaires". "Le sport pour tous, ce n'est pas des loges, du champagne et du foot business", grince-t-il aussi.

Ne cherchez pas son programme : c'est le négatif de Gérard Collomb – abandonner le TOP, engager la municipalisation de l'eau, baisser les tarifs des transports publics et élire au suffrage universel de futurs conseillers métropolitains. Difficile d'imaginer dans ces conditions un accord de second tour avec le PS. Comme Pierre Hémon, Etienne Tête se hasarde à un objectif : un résultat global de plus de 10 %, et plus de 20 % dans certains arrondissements clés.

Retrouver les professions de foi en cliquant ici.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut