Premier couac dans la majorité Collomb

Une manière de récompenser l'ancien dir cab d'Anne-Marie Comparini à la Région pour son soutien lors des municipales. Et surtout un "coup politique" destiné à crédibiliser sa stratégie d'alliance au centre, quelques mois avant le congrès du PS. Mais "son" candidat n'arrive qu'en deuxième place, avec 31,85 % des voix (moins de 6,7 % des inscrits, étant donné la faible participation), derrière Joëlle Sangouard (UMP), 33,19 %.

Tout dépendra des reports de voix à gauche. Si le candidat socialiste dissident, Daniel Malicier (8,43 %), devrait apporter son soutien à Rudigoz, il ne sera pas imité par la communiste Katherine Legay (6,3 %). Le PC a en effet décidé de ne pas donner de consigne de vote pour un second tour qui "verra un face-à-face entre la candidate UMP, qui soutient la politique antisociale et antidémocratique de Sarkozy, et un membre du Modem qui ne s'y oppose pas." La candidate ajoute : "Nous déplorons cette situation, résultat de combinaisons électoralistes, qui entretiennent la confusion, favorisent l'abstention et conduisent à l'échec de toute perspective de transformation à gauche."

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut