Capture d’écran 2012-06-12 à 12.08.00

Plus de député communiste dans le Rhône

Choc dans la 14e circonscription. Non seulement le Front national est au 2nd tour, avec 21,60 % des voix, mais les communistes perdent le dernier siège qui leur restait dans le Rhône. Sur des terres qui semblaient acquises à l'extrême-gauche, la reprise de Veninov n'aura pas servi Michèle Picard, qui n'obtient que 13,70 % des voix. Dans sa ville de Vénissieux, la maire PCF est également battue par le candidat socialiste, Yves Blein, avec 22,51 % contre 34,46 %.

Ancien maire de Vénissieux, André Gerin estime qu'une grande part de cet échec revient au redécoupage de Saint-Priest, qui se retrouve partagé entre la 13e et la 14e circonscription. ''C’est bien le résultat du charcutage réalisé en 2010 (...) pour favoriser Philippe Meunier UMP et le candidat socialiste'' peut-on lire dans son communiqué. Michèle Picard considère également avoir été défavorisée par l'argument du vote utile et par l'abstention, qui atteint 51,32 % dans sa circonscription. Mais pas de remise en question de la part de la maire. ''Je peux avoir la tête haute, j'ai mené une campagne de terrain'' déclare la maire de Vénissieux.

Mais sera-t-elle toujours à la mairie en 2014 ? Refusant d'interpréter son score comme un mauvais présage, Michèle Picard aborde les prochaines élections municipales avec confiance. ''Les élections nationales et locales, ce n'est pas la même chose. Au niveau local, les gens vous connaissent et prennent en compte votre bilan''. Toutefois, si les socialistes sont portés par le même élan aux municipales de 2014, ils pourraient s'emparer de la place de Michèle Picard. A condition d'avoir un vrai leader et une envie de conquête.

Pas d'appel au vote PS

Face à l'affiche PS-FN, André Gerin et Michèle Picard appellent à battre l'extrême-droite sans pour autant préciser quel bulletin glisser dans l'urne dimanche prochain. L'amertume envers les militants socialistes est palpable. Dans son communiqué, le député sortant qualifie ''les colleurs d'affiches pour le candidat Blein'' de ''bande odieuse et haineuse à l’encontre de Michèle Picard''. Cette dernière confie avoir déposé 3 plaintes pendant la campagne, en réaction aux tags injurieux et aux détériorations retrouvés sur les bâtiments publics ainsi que sur son local de campagne et ses panneaux officiels. Toutefois, il y a fort à parier que le siège deviendra rose dans la 14e circonscription, au vu des reports de voix. L'abstention reste le véritable enjeu, la présence du FN pouvant mobiliser des électeurs n'ayant pas voté dimanche dernier.

à lire également
Députés du Rhône à l'Assemblée nationale en 2017 © Tim Douet
Nicolas Hulot les a ciblés en démissionnant. Les lobbys tentent, à coups de millions d’euros, d’influer sur les lois. Ils ont su s’adapter aux avancées de la transparence dans les zones grises où ils s’épanouissaient. Les cadeaux ou avantages en nature ont cédé la place aux “éléments de langage”. L’efficacité n’en a que peu pâti. Surtout que les députés s’accommodent bien de leur présence. Les ennemis des lobbys dénoncent une “captation du débat démocratique”. Lyon Capitale s’est penché sur le rapport de nos députés à ces groupes de pression aux moyens colossaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut