Philippe Meunier : “Je flirte avec Marianne, pas avec Marine Le Pen”

35 députés de droite ont créé leur collectif de “droite populaire” au sein de l’UMP. Philippe Meunier, parlementaire du Rhône, et membre de ce rassemblement en explique les raisons et les orientations. Pour eux, il s’agit surtout de parler de sécurité.

Lyon Capitale : Quel est le but de votre “collectif” de droite populaire ?

Philippe Meunier : À l’Assemblée nationale, le pilier centriste de l’UMP se fait entendre. Nous, la droite populaire, n’avions pas de pilier pour se faire entendre. Nous l’avons maintenant. Nous pourrons donner nos idées aussi dans le cadre de l’élaboration du programme pour 2012 et la fin du mandat de Nicolas Sarkozy.

Quelles sont les idées que vous allez défendre ?

Chaque année depuis que je suis député, j’interviens pour parler de l’aide médicale d’État. Nous soignons gratuitement des gens entrés illégalement en France alors que l’on demande aux Français de se serrer la ceinture. Que l’on soigne les maladies infectieuses, je suis d’accord mais que l’on équipe des clandestins de lunettes, d’appareils auditifs ou dentaires, je trouve cela choquant. J’ai été entendu sur ce point-là et Jean-François Copé travaille dessus. L’aide médicale d’État aide les gens qui ont violé la loi.

Votre collectif se situe à droite mais sur certaines positions, il se situe à la frontière de la droite républicaine et du Front National...

Nous avons créé un mouvement au sein de la droite mais notre objectif n’est pas d’être à la droite de la droite. Nous voulons porter les valeurs d’une droite populaire. À l’UMP, il y a des centristes et il y a aussi des gens à droite comme nous. Si nous déplaisons aux élites parisiennes et aux bobos, cela ne me dérange pas.

Vous flirtez quand même avec le FN et Marine Le Pen sur certains sujets de société...

Je flirte avec Marianne, pas avec Marine. Je la laisse critiquer l’establishment. Le Front National n’a pas de leçon à nous donner. Et surtout pas sur la gestion de collectivités publiques.

Vous partez pourtant chasser leurs électeurs. Après les régionales, vous expliquiez ainsi que les classes populaires s’étaient abstenues ou avaient voté pour le FN...

J’ai fait cette analyse des élections régionales mais l’idée de notre action n’est pas d’obtenir des résultats électoraux. Nous voulons porter des convictions et ceux qui y adhéreront pourront nous rejoindre. Aux régionales, les électeurs de la droite populaire n’ont pas voté ou ont voté pour le FN. Nous voulons qu’ils reviennent vers nous et nous accepterons les électeurs du FN comme ceux du Parti Communiste.

Le lancement de votre collectif ne résonne-t-il pas comme un aveu d’impuissance du Sarkozysme ?

La France a fait des progrès entre 2007 et 2010. Les mesures de sécurité prises par Nicolas Sarkozy, je ne les renie en rien. Elles ont donné de bons résultats. La délinquance baisse depuis 2002. Le seul problème concerne la violence aux personnes qui, elle, a augmenté. La délinquance a changé. Je suis pour la double peine. Quand vous invitez quelqu’un chez vous, il faut qu’il respecte les règles. Quand on ne respecte pas les règles, il faut exclure. De même, il faut supprimer les remises de peine attribuées de manière presque systématique pour les condamnés pour violence aux personnes. Il faut que les choses soient claires dans l’esprit des Français : quand on est condamné à purger une peine, il faut que cette peine soit purgée.

Un député, Lionnel Luca, qui fait partie de votre collectif déclarait il y a quelques jours, en parlant de Nicolas Sarkozy, que “ses paroles ont séduit mais les actes n’ont pas suivi”. Partagez-vous son analyse ?

Lionel Luca est du midi. Il a le sang plus chaud que moi. Les paroles ont été suivies d’actes mais la délinquance n’est plus la même.

L’une des revendications de votre collectif semble aussi être la fin de l’ouverture politique à des partis d’opposition. Souhaitez-vous que désormais le gouvernement ne soit composé que de ministres de droite ?

Je ne suis pas opposé à l’ouverture mais tout dépend du niveau où l’on place le curseur. La nomination de Didier Migaud, un député socialiste, à la cour des Comptes, je ne l’accepte pas. Des ministres d’ouverture, j’y suis favorable mais il faut arrêter de faire les jolis cœurs. Nous avons été élus pour mener une politique de droite.

7 commentaires
  1. jm calther - 30 juillet 2010

    Homophobe, partisan de la peine de mort...mais à part ça aucun flirt avec Le Pen...

  2. jm calther - 30 juillet 2010

    Par ailleurs en quoi Meunier, qui a toujours vécu de la politique depuis sa sortie de l'université, représente-t-il quoi que ce soit de populaire? Lionnel Lucas ok mais Meunier?

  3. lyonnais - 30 juillet 2010

    @jm calther, homme et bon syndicaliste de gauche, vous ne saviez pas que beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup ... de personnes de gauche sont pour la double peine Vous en connaissez autant voir plus que nous tous sur ce forum!! Mais il faut soutout de pas le dire, la honte.

  4. jm calther - 30 juillet 2010

    Je vous parle de son homophobie (refus de l'égalité des droits entre gays et hétéros) et de son soutien à la peine de mort...ça ne vous pose pas de probléme?

  5. willycat - 30 juillet 2010

    tout ce que dit ce monsieur est un copié collé du programme de Le Pen en 2007, les preuves sont faciles à trouver. Quelle rigolade.

  6. Sylvain – VillepinCom RA - 6 août 2010

    Plus à droite que sarkozy, il fallait y penser...

  7. Lumière - 10 août 2010

    l'homme de la censure cinématographique et des statistiques sur la polygamie est de retour ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut