Philippe Cochet se lance à l'assaut du Grand Lyon

Le député maire de Caluire a créé son think tank "L'autre Métropole" ce lundi soir lors d'une réunion publique où sont attendues 300 personnes. Par cet acte, il sort du bois et conteste le leadership de François-Noël Buffet sur la droite à la communauté urbaine. Il critique le mode de gouvernance de Gérard Collomb et sa vision du développement de la métropole, s'opposant à l'arrivée de 150.000 habitants de plus dans les vingt ans qui viennent.

En créant son think tank l'Autre métropole, Philippe Cochet (UMP) fait acte de candidature pour la présidence de la communauté urbaine, ouverte en 2014. Il l'avait annoncé en exclusivité dans notre magazine, il y a trois semaines. Dans cette interview, le député-maire de Caluire n'hésite pas à se se poser en challenger de Gérard Collomb et surtout de François-Noël Buffet, sénateur-maire d'Oullins qui était sur les rangs. D'ailleurs Cochet n'hésite à l'égratigner : "Je rencontre des gens qui me disent qu’il faut que l’opposition se muscle. Nous sommes en train de désespérer un certain nombre de personnes", s'inquiète-t-il. Et de rajouter : "J'ai regardé s'il y avait des acteurs qui pouvaient porter l'alternative, je n'en ai pas vu. J'ai donc pris la tête de ce combat". Après le duel Havard/Hamelin, voici un autre combat à venir à droite, au Grand Lyon cette fois. L'absence de leadership au sein de l'UMP du Rhône et d'un opposant incarné à Gérard Collomb autorise la multiplication des appétits politiques.

Ambitieux dans sa démarche, Philippe Cochet appelle à plus de modestie dans les desseins du Grand Lyon. Il critique "l'obsession du rayonnement international". "On ne peut pas viser le même statut que Milan ou Barcelone", souffle un des collaborateur du député UMP. Cochet marque sa différence en refusant le développement extensif de l'agglomération. "La volonté du Grand Lyon est d'accueillir 150 000 personnes supplémentaires dans les vingt ans qui viennent. je me pose une question : est-ce une vision partagée par les Grand-Lyonnais ?". Ne développe-t-il pas de fait une vision malthusienne d'une métropole qui préfère son art de vivre et une supposée tranquillité à son développement ? "La surdensification entraîne des problèmes de vivre-ensemble", répond Cochet. De façon plus convenue, le député attaque le mode "catastrophique" de gouvernance de Gérard Collomb. "Il a une attitude volontairement vexatoire et a un sentiment de toute-puissance. Il a l'arrogance du mauvais prof qui explique les choses à ses élèves".

Retrouver l'intégralité de l'entretien dans le mensuel Lyon Capitale, actuellement en vente chez votre marchand de journaux.

à lire également
Dimanche, Gérard Collomb expliquait sur Facebook s'être adressé aux casseurs samedi durant la Fête des lumières. Sur une vidéo, on peut voir le maire de Lyon s'adresser à des jeunes en criant "Vous allez lui niquer son oeuvre !"
2 commentaires
  1. valou - 16 mai 2011

    Ah et il va interdire au gens de s'installer à Lyon? Si l'agglomération est attractive on ne va pas s'en plaindre quand même... Et si elle est attractive c'est parce qu'on y vit bien!

  2. valou - 16 mai 2011

    Oups! Une faute: 'aux gens'. désolé!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut