OL, LOU, ASVEL : les clubs sportifs sont-ils juste des consommateurs de subventions ?

Les élus du Grand Lyon ont voté ce lundi des crédits destinés à financer les centres de formations des trois clubs. Mais des élus regrettent leur peu d'implication sur le territoire et dans les quartiers. La droite s'est abstenue sur l'OL.

Conséquence du Grand Stade, chaque délibération comportant le sigle de l'OL donne lieu à débats. Ce lundi, les élus communautaires votaient des subventions à des clubs sportifs : 154.000 euros pour l'Asvel, 310.000 euros pour l'OL et 155.000 euros pour le LOU Rugby. Ces sommes viennent soutenir les centres de formation qui "ont pour vocation de combiner une formation sportive de haut niveau avec une formation scolaire permettant aux jeunes joueurs une évolution professionnelle". Pour le Grand Lyon, ces subventions visent aussi à "promouvoir la notoriété de l'agglomération" et "diffuser les valeurs sportives auprès des jeunes".

Vice-présidente en charge de l'insertion, Dounia Besson (Gauche alternative écologique et citoyenne) a défendu le sport comme vecteur de transmission de valeurs ; "et le rôle de héros joué dans les quartiers" par ces sportifs professionnels. "La place n'est pas dans l'hyper-compétence de quelques-uns mais dans l'égalité entre tous", lui a répondu Bruno Charles (Europe Ecologie). Mais le débat s'est rapidement porté sur l'OL.

"Impossible de faire venir des joueurs de l'OL"

Vice-président délégué aux Sports, Thierry Braillard souligne que cinq Lyonnais figurent parmi l'équipe nationale des moins de 19 ans qui a été sacrée championne d'Europe cette année (lire ici). Adjoint à Sainte-Foy-lès-Lyon, Bernard Gillet regrette qu'il est "de plus en plus difficile, pour ne pas dire impossible, de faire venir les joueurs de l'OL" dans les communes. Ces joueurs "ne peuvent pas être considérés comme des consommateurs de subventions mais comme des acteurs du territoire", selon Gilles Pillon, élu à La Tour de Salvagny. Gérard Collomb les a rassurés en annonçant la tenue d'un "groupe de travail", associant élus et clubs. Les élus de droite ont voté les subventions au LOU et à l'Asvel, mais se sont ostensiblement abstenus sur les crédits accordés à l'OL.

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.
4 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 26 octobre 2010

    Donc au total, 619.000€ d'argent public donné à des structures privées ?!

  2. jerome manin - 26 octobre 2010

    L'OL rassemble en un seul match bien plus de personnes que les plus fructueuses des manifestations antisarkozyste, si ça vaut pas un coup de pouce du PS ça !

  3. bruno - 26 octobre 2010

    ça, ça dépend de qui fait le comptage, selon la police jérome manin à raison, selon les syndicats, non. (pour info Gerland fait 42 591 places, loin d'être rempli à chaque match. Comptage syndicat plus grosse manif du mois à lyon : 45 000 manifestants).Mais je ne sais pas pourquoi, je pense que jérome manin parle du comptage policier.

  4. jerome manin - 26 octobre 2010

    Je ne suis pas un organe officiel de communication socialiste, moi, on ne me dit pas tout 🙂

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut