Najat Vallaud-Belkacem
Benjamin Roure

Najat Vallaud-Belkacem pour succéder à Manuel Valls ?

La candidature de Manuel Valls à la primaire de la Gauche devrait laisser son poste de Premier ministre vacant. Un poste que pourrait récupérer Najat Vallaud-Belkacem même si cette dernière ne semble pas favorite.

Manuel Valls annoncera ce lundi à 18h30 à Évry sa candidature à la primaire de la gauche. Une candidature qui devrait donc, selon la pratique des institutions à démissionner de sa fonction de Premier ministre. Pour le remplacer, plusieurs hypothèses sont envisagées, dont celle de Najat Vallaud-Belkacem. Nommée ministre des Droits des femmes en 2012, la future candidate aux législatives à Villeurbanne avait repris le ministère de l'Éducation nationale en 2014. Une ascension qui pourrait la conduire à la tête du gouvernement pour les six derniers mois et la lancer dans sa conquête du poste de premier secrétaire du PS.

Mais l'ancienne conseillère municipale à Lyon n'est cependant pas favorite. Les deux ministres qui occupent les postes sécuritaires, Jean-Yves Le Drian à la Défense et Bernard Cazeneuve à l'Interieur semblent tenir la corde. Certains avancent aussi les noms de Michel Sapin, Marisol Touraine ou encore celui de Stéphane Le Foll.

La décision appartiendra à François Hollande et à lui seul puisqu'il semble que Manuel Valls n'y sera pas associé à son grand dam. "Le Premier ministre aimerait être associé, mais le Président ne va demander son avis à personne, et certainement pas à Valls", a indiqué un proche du président aux JDD.

2 commentaires
  1. resistance - 5 décembre 2016

    Najat Vallaud Belkacem pourrait ainsi encore mieux développer la stratégie de l'action islamique culturelle en occident adoptée par la neuvième conférence islamique au sommet tenue à DOHA état du Quatar en 2000 éditée par l'organisation islamique pour l'éducation les sciences et la culture (ISESCO) rapport 1422H-2001 dépôt légal 1756/2001 ISBN 9981-26-296-X impression Bani Iznassen Salé- Royaume du Maroc, disponible sur internet, et que chacun aurait grand intérêt à lire, ce qui permettrait aussi de comprendre pourquoi la ministre de l'éducation nationale française soutient l'apprentissage de l'arabe dans les écoles de la république, et l'histoire de l'islam. pages 117-118

  2. max gerny - 6 décembre 2016

    Soyons sérieux : cette dame s'est, par deux fois, effondrée devant les caméras face à des islamistes radicaux, muette... Elle n'a même pas la trempe pour être ministre, alors Premier ministre... Elle s'effondrerait à la première épreuve sérieuse et ne nous défendrait pas face à l'islam intégriste.

  3. Kasneh - 6 décembre 2016

    Avec Caze neuve on évite le pire comme nouveau 1° ministre. Par contre Leroux à l'intérieur va falloir croiser les doigts !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut