Georges Képénékian © Antoine Merlet

Municipales à Lyon : Képénékian, “être la juste voie face à la droite conservatrice et l'écologisme gauchisant”

Le candidat LREM dissident à la ville de Lyon a présenté ce mardi une série de neuf mesures pour l'après-crise du coronavirus. L’ancien maire de Lyon a aussi expliqué son positionnement politique face à l'alliance entre EELV et la gauche et celle entre Collomb/LR.

Quatrième homme du premier tour des élections municipales à Lyon, Georges Képénékian a lancé sa campagne de second tour ce mardi lors d'une visioconférence. Comme David Kimelfeld à la métropole, il doit désormais faire face à deux blocs politiques d'importance. Les écologistes et leurs alliées de gauche d'un côté, Gérard Collomb et la droite LR de l'autre. Lui se définit désormais comme “la juste voie face à une droite conservatrice incarnée par Laurent Wauquiez et un écologisme parfois teinté d'extrémisme gauchisant.”

Une tempérance toute lyonnaise estime l'ancien maire de Lyon qui assure que “cette ville n'a jamais été sensible aux extrémismes.” Et de préciser : “Ici, nous aimons discuter pour trouver les consensus nécessaires pour la vie de notre cité. Cette ville n'oppose pas, mais réunit les hommes et les femmes. On ne peut pas être anti-économie ou anti-écolo, ça n'a pas plus de sens dans un cas que dans l'autre. Nous, notre parti c'est d’être pour la ville de Lyon.”

“Des convergences possibles entre les hommes et femmes de progrès”

Médecin de formation, le premier adjoint de Gérard Collomb a présenté neuf mesures de son programme, forcément impacté par la crise du coronavirus (voir ci-dessous). Il souhaite par exemple créer “une agence municipale de santé” pour faire travailler ensemble “tous les acteurs de la santé afin de réfléchir à un véritable projet de santé publique à Lyon”. “Une priorité des priorités” qui sera lancée dès le début du mandat tout comme “la relance des activités de proximité et de production locale”, “une accélération sur les modes doux” ou “un investissement de 10 millions d'euros dans les structures culturelles”. 

Les listes de Georges Képénékian seront absentes de trois arrondissements sur neuf (1er, 2e et 9e) et devront donc faire une croix sur 18 sièges sur 73 au conseil municipal. Les alliances de troisième tour semblent donc inévitables pour le candidat LREM dissident qui concède déjà que “des convergences entre les hommes et femmes de progrès seront possibles pour cette ville”. 

La liste des mesures : 

  • Renforcer le plan d’urgence sanitaire pour se préparer
  • Créer une « agence municipale de santé » pour permettre l’accès de tous à la santé
  • Lancer un grand emprunt vert de 300 millions d’euros pour la rénovation thermique de bâtiments municipaux, dont les bâtiments scolaires
  • Donner un coup d’accélérateur aux modes doux
  • Aider les commerces de proximité, les artisans et les commerçants après la crise, avec la prolongation et l’extension des terrasses, et en permettant une  6. Recruter, redéployer et redéfinir les missions de la police municipale
  • Préparer une rentrée normale pour tous les enfants
  • Sauver la culture qui participe à l’attractivité de notre territoire
  • Mettre fin au sans-abrisme avant la fin du mandat, en concertation avec les associations et les acteurs privés engagés dans cette cause.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut