Michel Havard répond à un sujet de philo du bac

Invité de L’Autre Direct ce mercredi, Michel Havard a tenté de répondre à un sujet de philosophie proposé pour le bac 2015 : “La politique échappe-t-elle à l’exigence de vérité ?”

“La politique échappe-t-elle à l'exigence de vérité ?” Voilà le sujet proposé aux candidats au bac S ce mercredi pour l'épreuve de philosophie. Mais qu'en pensent les politiques ? Premier à répondre à la question, Michel Havard, le leader de l'opposition à Lyon, qui était ce mercredi matin l'invité de L'Autre Direct : "Aujourd'hui, malheureusement trop souvent – et je fais le lien avec la PPI [programmation pluriannuelle d’investissement] –, les candidats aux élections racontent des histoires, des balivernes, des mensonges, pour faire rêver. Et puis, quand arrive ensuite le moment de faire les choses, eh bien ils ne peuvent pas faire. Les candidatures aux élections échappent aux exigences de vérité."

“On affaiblit la démocratie”

Cela vaut-il pour sa propre candidature aux municipales en 2014 ? "Non, répond Michel Havard. Ça m'a d'ailleurs été reproché, d'être trop sérieux dans ma candidature et de ne pas vouloir faire rêver. Mais, s'il faut mentir pour être élu, alors ça ne marchera pas avec moi. Ce qui aujourd'hui fait la fracture entre le monde politique et le citoyen, c'est justement cette absence d'exigence de vérité, et qu'il faut tout faire – et c'est aussi votre rôle à vous les médias – de ne pas considérer cela normal pour le monde politique. Tant qu'on considérera normal pour le monde politique qu'on puisse mentir en période électorale et ne pas faire ce qu'on a dit qu'on allait faire après, je pense qu'on affaiblit tous la démocratie. À nous tous d'avoir cette exigence de vérité, y compris pour le monde politique."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut