lyon turin

Lyon-Turin : le Gouvernement veut une réponse “maintenant” de l'Italie

La ministre  des Transports Elisabeth Borne a déclaré ce vendredi qu'elle voulait une réponse très rapide de l'Italie sur le projet de Lyon-Turin qui a pris du plomb dans l'aile cette semaine avec la publication d'un rapport critique côté italien. 

La ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé aujourd'hui au gouvernement italien de prendre une décision “maintenant” à propos du Lyon-Turin. Une déclaration qui fait suite au rapport publié par le ministère italien des Transports sur la rentabilité de la ligne Lyon-Turin  qui serait “très négative” avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices qui ne seront escomptés que pour 2059. Ce rapport tombe alors que, début février, Luigi Di Maio, le vice-premier ministre italien avait déclaré “qu'à la fin, la TAV (nom italien pour le TGV Lyon-Turin, NdlR) ne se fera pas”.

La France respecte clairement le temps qu'ont souhaité prendre nos partenaires italiens. Mais aujourd'hui, on dit clairement aussi aux Italiens qu'il faut que cette décision vienne”, a ajouté ce vendredi Elisabeth Borne sur la chaîne Public Sénat. “Il y a des financements européens à la clef (...). Il faut qu'une décision intervienne maintenant pour qu'on ne perde pas ces financements”, a expliqué la ministre. Le financement européen doit être de 40 % du coût total de l'ouvrage. Selon l'AFP, l'UE a fait savoir qu'elle était prête à monter à 50 %.

à lire également
Le nouveau maire de Lyon promet une alternance sur le fond comme sur la forme. Grégory Doucet prône davantage de transversalité pour une démocratie plus participative. Il s’adresse aussi aux acteurs, souvent économiques, qui durant la fin de la campagne municipale ont exprimé leur crainte d’une vague verte.
Faire défiler vers le haut