lyon turin

Lyon-Turin : le Gouvernement veut une réponse “maintenant” de l'Italie

La ministre  des Transports Elisabeth Borne a déclaré ce vendredi qu'elle voulait une réponse très rapide de l'Italie sur le projet de Lyon-Turin qui a pris du plomb dans l'aile cette semaine avec la publication d'un rapport critique côté italien. 

La ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé aujourd'hui au gouvernement italien de prendre une décision “maintenant” à propos du Lyon-Turin. Une déclaration qui fait suite au rapport publié par le ministère italien des Transports sur la rentabilité de la ligne Lyon-Turin  qui serait “très négative” avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices qui ne seront escomptés que pour 2059. Ce rapport tombe alors que, début février, Luigi Di Maio, le vice-premier ministre italien avait déclaré “qu'à la fin, la TAV (nom italien pour le TGV Lyon-Turin, NdlR) ne se fera pas”.

La France respecte clairement le temps qu'ont souhaité prendre nos partenaires italiens. Mais aujourd'hui, on dit clairement aussi aux Italiens qu'il faut que cette décision vienne”, a ajouté ce vendredi Elisabeth Borne sur la chaîne Public Sénat. “Il y a des financements européens à la clef (...). Il faut qu'une décision intervienne maintenant pour qu'on ne perde pas ces financements”, a expliqué la ministre. Le financement européen doit être de 40 % du coût total de l'ouvrage. Selon l'AFP, l'UE a fait savoir qu'elle était prête à monter à 50 %.

à lire également
Revendiquée par l'auteur de l'attentat qui a fait 50 morts à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, entre autres thèses d'extrême-droite, la théorie dite du "grand remplacement" ne paraît "pas absurde" à la cadette du clan Le Pen, présidente de l'école privée qu'elle a ouverte à Lyon en septembre.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut