Buffet et Collomb à la préfecture du Rhône
Buffet et Collomb à la préfecture du Rhône

Lyon : premiere défection dans le camp Collomb après l’accord avec LR

Le candidat de Gérard Collomb à la métropole dans la circonscription Ouest a annoncé en compagnie de ses colistiers qu'il refusait l'accord entre Gérard Collomb et François-Noël Buffet et a annoncé avoir entamé des discussions avec David Kimelfeld. 

C'est une première perte de poids pour la nouvelle alliance entre Gérard Collomb et la droite LR locale. Julien Ranc, candidat du maire de Lyon dans la circonscription Ouest a annoncé qu'il rejetait l'accord passé hier entre sa tête de liste et François-Noël Buffet. “Si quelques accords avec des listes Les Républicains, composées d’élus modérés et circonscrits sur quelques territoires, auraient pu être acceptables, un accord d’appareil sur l’ensemble de la métropole, avec l’assentiment de Laurent Wauquiez et d’Étienne Blanc ne l’est pas. En tant que tête de liste sur la circonscription Ouest investi par l’ensemble des composantes de la majorité présidentielle, et avec mes colistiers, nous ne l’acceptons pas”, a-t-il déclaré. 

Et d'ajouter : “Parce que les candidats issus des rangs écologistes n’ont absolument rien à voir avec les candidats du Rassemblement national, nous estimons que la création d’un “front républicain anti-Verts” n’est pas à l’ordre du jour. D’autant plus à l’heure où les priorités de nos concitoyens sont aujourd’hui à la lutte contre le réchauffement climatique, à l’accompagnement des grandes mutations et au développement des modes doux”. Selon l'ex-candidat des listes Collomb donc, cet accord “est une manœuvre dépassée qui sous- entend que les élus sont dépourvus de tout projet ou conviction, en dehors de celle qui consiste à tout tenter pour garder leur place. De plus, il va engendrer des situations intenables, où des élus qui défendent depuis de nombreuses années une vision de leur commune se verraient, d’un coup de baguette magique, contraints de figurer main dans la main sur la même affiche électorale avec ceux auxquels ils sont opposés depuis toujours”.  

Dans la lignée du mot d'ordre du patron d'En Marche Stanislas Gérini (lire ici), cette liste LREM dit avoir pris acte de la volonté de “désinvestiture” de Gérard Collomb et Yann Cucherat. “Dans les heures qui viennent, nous ferons le nécessaire pour conserver notre cohérence et rassembler enfin, sur une seule et même liste, la famille centriste et progressiste de la circonscription Ouest. Des échanges allant dans ce sens ont déjà lieu avec David Kimelfeld”, ont-ils annoncé.

Lors du premier tour, la liste de Julien Ranc était arrivée en 2e position dans cette circonscription avec 22,19 % des suffrages derrière le candidat LR Pascal Charmot (26,34 %). Suivaient la candidate écologiste Hélène Dromain (21,17 %) et le candidat de David Kimelfeld Alain Galliano (18,21 %). En cas d'accord cette alliance LREM/LREM dissident formerait virtuellement la première force politique de cette circonscription où 9 sièges sur 150 que compte l’assemblée métropolitaine sont à pourvoir. 

à lire également
3 commentaires
  1. JANUS - 29 mai 2020

    L'ubris et le panier de crabe en marche !

  2. PAUL Gabriel - 29 mai 2020

    Bonjour
    Je pense que beaucoup de tête de listes (Arrondissement ou circonscriptions de la METROPOLE) ex listes Collomb ne le suivront pas, pour se mettre au service des LR.

  3. User32541091 - 29 mai 2020

    Soutien total à Gérard Collomb

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut