Muriel Coativy et des militants RN posant derrière une affiche “Français d’abord, clandestins dehors !” © DR

Lyon : enquête ouverte pour “provocation à la haine” contre une élue RN

Une enquête pour “provocation à la haine” a été ouverte à l'encontre de Muriel Coativy, la déléguée RN du Rhône, qui a posé à côté de Lyon derrière une affiche “Français d’abord, clandestins dehors !”

Dans un communiqué, le Rassemblement national (ex-FN) a dénoncé l'ouverture d'une enquête pour “provocation à la haine en raison, à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine, de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion”, à l'encontre de la déléguée RN du Rhône, Muriel Coativy qui a participé à une action à La Mulatière lors du passage à Lyon de la “Marche solidaires pour les migrants” fin mai dernier. Une action durant laquelle l'élue a posé derrière une banderole “Français d’abord, clandestins dehors !”. “Une atteinte grave à la liberté d’expression et de convictions, qui annonce ce que sera la France d’Emmanuel Macron quand la loi dite ‘Fake News’ sera appliquée”, a déclaré le parti de Marine Le Pen dans un communiqué intitulé “Alerte démocratie”. Cette mention “Alerte démocratie”, a été créée par le RN après que le Parquet national financier (PNF) a décidé de retenir 2 millions d'euros d'aide publique du parti dans le cadre de l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés. Une mention que le parti RN semble vouloir réutiliser pour qualifier les affaires judiciaires qui le touchent. De son côté, Muriel Coativy a parlé “d’une persécution” sur Twitter.

Contacté, le procureur de la République n'a pas donné suite. L’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 punit d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende la “provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée”.

à lire également
Alors que le ministre de l’Intérieur était en déplacement dans le Vercors ce vendredi, le syndicat de police Alliance Police Nationale dénonce l’insécurité "catastrophique" de la ville, qualifiée de "Chicago français".

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut