Lyon : Collomb rattrapé par une affaire de détournement de fonds publics ?

Selon le Canard enchaîné à paraître ce mercredi, le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire sur un possible “détournement de fonds publics” au profit de l'ex-compagne de Gérard Collomb. Ce qui confirme une information publiée par Lyon Capitale en mai dernier.

Dans un papier à paraître ce mercredi, Le Canard enchaîné révèle qu'un rapport provisoire de la chambre régionale des comptes d'Auvergne-Rhône-Alpes consacré à la gestion de la ville de Lyon a été transmis au Parquet national financier qui a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire. Une enquête qui concerne un possible “détournement de fonds publics”. Selon les rapporteurs, Gérard Collomb aurait “fait bénéficier son ex-compagne de plusieurs emplois municipaux depuis plus de vingt ans”. Un article qui vient confirmer les informations publiées par Lyon Capitale le mois dernier. Nous relations alors que des proches de David Kimelfeld attendaient avec impatience un rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la Ville de Lyon.

“Elle touchait systématiquement un maximum d’heures supplémentaires”

Gérard Collomb a fait embaucher son ex-femme et elle touchait systématiquement un maximum d’heures supplémentaires”, croit savoir un soutien du président du Grand Lyon. La chambre régionale des comptes avait refusé de commenter une instruction en cours. “L’ex-femme de Gérard a bien travaillé à la mairie du 4e, mais ce n’était absolument pas un emploi fictif et elle avait les compétences pour le poste. C’est une histoire qui ressort à chaque campagne municipale. David Kimelfeld devrait faire bien attention, parce qu’on pourrait aussi avoir des choses à dire sur son épouse, qui est employée par la SERL, une société qui dépend de la métropole”, avait riposté un proche de Gérard Collomb.

Coïncidence ?

Alors qu'ils cherchent depuis des semaines à empêcher Gérard Collomb de se présenter aux élections métropolitaines de 2020, des soutiens du président de la métropole de Lyon  misaient sur une "affaire à la Fillon qui va sortir dans un journal national". Ce mardi soir, leurs pressentiments s'ancrent dans le réel. Coïncidence ? C'est en tout cas ce que jure l'entourage de David Kimelfeld ce mardi qui affirme avoir pris connaissance de l'article du Canard Enchaîné un peu plus tôt dans la journée. Surtout ils assurent n'avoir joué aucun rôle et ne pas être à l'origine de ce qui pour eux est un "signalement" à la Chambre régionale des Comptes (CRC). "Gérard Collomb a été dénoncé par quelqu'un des services", souligne un cadre local de La République en Marche. Les investigations des magistrats de la CRC se sont déroulées alors que Gérard Collomb étaient encore ministre de l'Intérieur. Certains soutiens de David Kimelfeld promettent que les révélations du Canard Enchaîné ne sont que le premier chapitre d'un feuilleton plus conséquent. Même s'ils s'en défendent, maladroitement, difficile de ne pas voir derrière le rapport provisoire de la Chambre régionale des comptes un stigmate supplémentaire de la guerre fratricide que se livrent les deux édiles lyonnais.

10 mois avant les municipales

Selon le Canard, l'ex-compagne de Gérard Collomb a d'abord été embauchée à temps partiel au sein du groupe PS en 1995 quand Collomb est élu maire du IXe arrondissement. Elle est titularisée en 1999 en tant que contractuelle et occupe différents emplois dans les mairies d'arrondissement, au cabinet du maire ou encore dans une bibliothèque municipale. Des emplois dans lesquels elle aurait bénéficié “d'une rémunération complémentaire, payée en heures sup”, écrit le palmipède.

Je n'ai pas attendu Gérard Collomb pour travailler pour la ville de Lyon. Cela fait 30 ans. (…) Et j'y travaille plus qu'il n'en faut. Je gagne moins de 1500 euros par mois, alors on m'a donné des heures supplémentaires”, s'est défendue l'ex-compagne du maire de Lyon. Cette information tombe à 10 mois des élections municipales dans un contexte de vive tensions entre Gérard Collomb et David Kimelfeld.

Lyon 2020  : Collomb / Kimelfeld, l’impasse

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.
5 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 4 juin 2019

    On va commencer à rigoler... 🙂
    Mais depuis le début, cette focalisation sur 2 candidats n'a aucun intérêt car ce sont "les deux mêmes".
    Il est donc grand temps de faire naître un autre avenir possible, enfin débarrassé des anciens modèles qui nous mènent actuellement dans le mur (mur écologique, mur démocratique). Qui doit représenter cela ?
    Aux lyonnais de s'y intéresser, et de faire naître de nouvelles têtes au lieu de les couper comme l'ont fait en permanence les tafs des actuels dirigeants.

    1. JANUS - 5 juin 2019

      Une nouvelle tête serait de voir "Abolition de la monnaie" disparaitre du paysage des forums lyonnais. CQFD !

    2. vieux caladois - 5 juin 2019

      la fameuse mme Z maire du 1er arrondissement ?

  2. vieux caladois - 5 juin 2019

    j'aurais au moins appris qu'il était illégal de faire beaucoup d'heures supplémentaire et que dans les années 90 (avant 1995) GC était déjà tout-puissant pour faire embaucher une personne...

  3. JANUS - 5 juin 2019

    Attention Kim1° arrive; bonjour les dégâts !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut