Les petits agacements des candidats UMP

L’UMP du Rhône présentait ses candidats à la presse vendredi. Entre questions qui fâchent et réponses agacées, une conférence de presse irritante avec des airs de mauvaise humeur.

Les 14 candidats UMP dans le Rhône en piste pour les législatives de juin auraient voulu choisir les questions. Ils avaient convié la presse vendredi pour lancer leur campagne. Et ils se sont montrés un poil susceptibles, voire carrément irrités par les questions des journalistes. La preuve par l'exemple. Ne craignent-ils pas les effets des candidatures de "Lyon divers droite", le mouvement emmené par le maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier. "Broliquier, ça ne m’intéresse pas" fulmine le député-maire de Caluire, Philippe Cochet. Plus mesuré, Michel Havard, député de la1ère circonscription, rappelle l’enjeu de l’élection à venir : "Quel est l’enjeu ? Il s’agit de décider d’une majorité à l’Assemblée nationale pour la politique à mener pour les cinq prochaines années. Les candidatures d’opportunisme local ou financier n’auront pas de place dans la réflexion des Français".

Une question fuse sur la possibilité de voir l’ex-secrétaire d’État à la santé, Nora Berra, présenter sa candidature dans la 4e circonscription, là même où est investie la candidate UMP, Dominique Nachury. Nul ne se presse pour répondre. "Nora Berra n’a aucun intérêt de ne pas soutenir le candidat investi" balaye Michel Forissier, le secrétaire départemental de l’UMP. Y a-t-il un risque de voir des triangulaires avec le Front national dans le Rhône ? "Ça n’est pas le sujet. Il n’y aura aucune triangulaire dans le département du Rhône (...) c'est de la politique fiction" répond Philippe Cochet. Bref, les questions des journalistes ont au mieux ennuyé les candidats, au pire elles ont agacé. Ambiance garantie.

Soviétique

Un seul argument retient l’attention de l’UMP : le risque d’installation d’un "système soviétique", selon les mots de Forissier, en cas de victoire de la gauche en juin. Après les régions, les départements, les grandes villes de France, le Sénat et la présidence de la République, la gauche pourrait concentrer tous les pouvoirs. Du coup, pour l’UMP, il est urgent de mobiliser sur la règle d’or budgétaire, sur la catastrophe d’un retour de l’âge de la retraite à 60 ans. "Il faut savoir ce que l’on veut : Berlin ou Athènes ?" explique M. Cochet qui ajoute à la liste des mobilisations de son camp le droit de vote des étrangers que "les électeurs ne veulent pas". On suggère que, peut-être, cette série de défaite électorale - locale et nationale - est l'indice d'un échec répété du Mouvement Populaire. Philippe Cochet n'en a cure.

Antisarkozysme

Proposition du candidat Hollande, l’élection de ce dernier à l’Elysée ne signifie-t-elle pas justement que le droit de vote des étrangers a été en quelque sorte validée par les électeurs ? "L’élection de Hollande ne s'est pas faite sur un vote de conviction. L’histoire n’est pas écrite à l’avance", rétorque Yann Compan, candidat dans la 7e circonscription. "Cette campagne a été faite sur l’antisarkozysme. Qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir raconter maintenant ? Il n’est plus là !" s’agace le représentant de la droite populaire dans le Rhône, Philippe Meunier. L’antisarkosysme, c’est également celui (supposé) des médias. Et celui-là, il s’est invité dans le débat. C’est alors au tour d’un journaliste (de France 3) de s’agacer : "Vous avez pas bientôt fini avec l’antisarkozysme des médias ! Ça commence à m’agacer sérieusement d’entendre cet argument ! On a été contraints de respecter des règles drastiques de la part du CSA avec des temps de parole à la seconde près ! Assumez de perdre les élections un peu !" A chacun ses susceptibilités et son irritabilité.

Go home

De ce point de vue, Georges Fenech, candidat dans la 11e, était de la même humeur que cette drôle de conférence de presse. Irrité. Lui c’est par Michel Mercier. Il se lève et fait une déclaration. Après s’être inquiété "en tant que magistrat, de la suppression des peines planchers et de la rétention de sûreté" par François Hollande, il enjoint l’ancien ministre de la Justice de retourner labourer ses terres de Thizy. La formule a été préparée : "Michel Mercier, go home, rentre à Thizy. Qu’il arrête de jouer avec la marionnette fantomatique qu’est Raymond Durand (le député Nouveau Centre sortant, Ndlr.) (…) Je suis agacé par son attitude politique irresponsable". L’agacement de Fenech était spontané, lui. Il n’a pas attendu la question des journalistes pour se manifester.

à lire également
Collomb et Mercier
Dans une tribune, Martin Vanier et Daniel Béhar, de l’École d’urbanisme de Paris, ont critiqué la création de la métropole de Lyon et les conséquences que celle-ci entraînera.
7 commentaires
  1. gadloo - 12 mai 2012

    N'est-ce pas Monsieur Fenech, qui sur le plateau de Lyon-Capitale le 30 sept. dernier, déclarait en parlant de son concurrent Durand: 'Vous savez à qui appartient la 11ème circonscription ? Elle appartient aux électeurs' !' Alors je dis à Monsieur Fenech: ce n'est pas à vous de décider si la 11ème est VOTRE territoire et à personne d'autre. C'est cela la démocratie et ça me fait de la peine de devoir vous le rappeler. Nous venons de subir 5 années d'arrogance, il n'est pas question de subir la votre sur NOTRE territoire !!!!

  2. georges l. - 13 mai 2012

    Cela fait partie de la démocratie d'avoir autant de candidatures que possible. L'UMP, après son échec cuisant à la présidentielle, ne peut pas interdire à Broliquier de se présenter aux législatives! Lyon Divers Droite ne doit pas céder, ne doit pas se coucher et doit prendre le maximum de voix à l'UMP.

  3. jerome manin - 13 mai 2012

    @Georges L. Prendre des voix pour les donner au PS ? Les verts, l'extrème gauche et le FN vont déjà parfaitement le job 🙂 Je ne crois pas que l'action de LDD ne soit que dirigé contre l'UMP... Enfin j'espère...

  4. cesarus - 13 mai 2012

    Ce dont a besoin l'UMP et la droite française, à Lyon en particulier, c'est d'un véritable 'bing bang' politique.Un 'bing bang' idéologique et surtout un 'bing bang' dans le renouvellement du personnel politique lyonnais, particulièrement.Ce n'est pas en remettant à chaque élection des vieux cheveaux de retour ce qui montre leurs incapacités à faire et à animer des équipes, à mépriser y compris leurs propres militants comme c'est le cas actuellement dans la 3eme où le candidat socialiste peut être tranquille.Il est urgent pout l'UMP, si elle veut conquérier la Mairie de Lyon en 2014 de virer tout ce beau monde qui nous amène qu'à l'échec. Gaullistement Claude JEANDEL

  5. jerome manin - 13 mai 2012

    @Claude, depuis le temps que tu cires les pompes au Régime Collomb, ils devraient au moins être polis et bien même pas !

  6. Battling - 14 mai 2012

    C'est con que les jeunes et la petite nénette n'aient droit qu'à une expression visuelle. Ils auraient pu dire moins de conneries que les vieillards. On a du mourir d'ennui en attendant la vanne de Fenech.

  7. boby697 - 16 mai 2012

    Avec ce dérapage verbal incontrôlé, Georges Fenech pose un sérieux problème à ses « amis » politique car, comme je l'ai entendu autour de moi, il a mis en route la « machine à faire perdre la droite » dans la 11ème. Son discours haineux contre Michel Mercier est une faute professionnelle inexcusable. Georges tu es devenu infréquentable ! Tu as voulu te faire remarquer ? Bravo c'est fait, mais c'en est fini de toi ! Qui va te regretter ? Personne …. sauf ton ami BEN ALI … peut-être. Ciao Georges, toi qui te prenais si au sérieux, tu nous auras bien faire rire !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut