Emmanuel Macron Collomb Kimelfeld juin 2016
© Tim Douet

Le soutien de Kimelfeld à Macron pose problème à Bret et Blein

Pour le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, et le député-maire de Feyzin, Yves Blein, le soutien affiché de David Kimelfeld à la candidature d’Emmanuel Macron aux élections présidentielles est incompatible avec sa fonction de président de la fédération PS du Rhône. Ils l'invitent à la démission.

David Kimelfeld coupable de soutenir un candidat hors du parti. C'est l'avis de Jean-Paul Bret et Yves Blein qui appelle à sa démission du poste de président de la fédération PS du Rhône. En cause son soutien affiché à Emmanuel Macron candidat à la présidentielle hors du parti, et qui ne passera pas par la primaire de la gauche. Une primaire que sera chargé d'organiser David Kimelfeld dans le Rhône.

Dans une lettre ouverte à l'attention de David Kimelfeld, Yves Blein, député de la 14e circonscription du Rhône et maire de Feyzin se dit surpris "qu’avant même que les candidatures socialistes à la primaire ne soient toutes connues, tu (David Kimelfeld, NdlR) puisses d’ores et déjà déclarer que tu te tiendras en dehors de cette compétition pourtant prévue par nos statuts". "En tant que premier des socialistes de notre département, tu es le premier promoteur de notre parti, son premier animateur, le premier d’entre nous responsable de son développement, de son rayonnement, du respect qu’il inspire à nos partenaires, poursuit Yves Blein le premier comptable de la fierté que tous nos militants ressentent de faire partie de cette grande formation politique inscrite dans l’histoire du socialisme".

Le député-maire de Feyzin a été imité dans sa démarche par Jean-Paul Bret, le maire socialiste de Villeurbanne. Pour lui "David Kimelfeld doit démissionner", comme il l'explique au Progrès ce dimanche. Le maire du 4e arrondissement "ne peut pas organiser la primaire" au vu de son soutien à l'ancien ministre de l'Économie poursuit Bret, "il y aura suspicion".

Lire aussi : A Lyon, Gérard Collomb mobilise ses réseaux pour Macron

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
3 commentaires
  1. Jean Jaurès - 5 décembre 2016

    Je viens d'écrire au Premier secrétaire National afin qu'il fasse le ménage. Cette comédie doit cesser!

  2. FEFI - 5 décembre 2016

    Oui, il peut à titre individuel, mais pas en tant que PS... Idem Collomb!

  3. Antoine D. - 5 décembre 2016

    Kimelfeld doit démissionner, c'est clair. Il ne peut pas avoir le beurre l'argent du beurre et la crémière. Il n'y a que Caroline Collomb pour venir à sa rescousse; c'est pathétique! Et dire que ce gars sans charisme pense devenir maire de Lyon, pauvre de nous...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut