Capture d’écran 2012-05-22 à 12.26.02

Le Grand Lyon disposera de 48 % des sièges du futur pôle métropolitain

Le 16 avril dernier, le préfet signait l'arrêté lançant le pôle métropolitain. Celui-ci sera officiellement inauguré le 31 mai prochain. Avec ses deux millions d'habitants et son million d'emplois, c'est à ce jour le plus important de France, comprenant le Grand Lyon, St-Etienne métropole, la communauté d'agglomération Porte de l'Isère (CAPI, Bourgoin/L'Isle-d'Abeau) et la communauté d'agglomération du pays viennois. Parmi ses compétences, le transport - un syndicat sera créé début 2013 piloté par la Région -, le développement économique, la promotion de l'innovation et de la recherche, l'aménagement du territoire et la culture.

"Il ne s'agit pas d'ajouter une couche supplémentaire à cette spécialité pâtissière française qu'est le mille-feuille" administratif, a promis Jean-Yves Sécheresse, vice-président en charge de la stratégie métropolitaine. Il a assuré que ce pôle serait "un outil utile et nécessaire". Les 64 membres ne percevront pas d'indemnités particulières, et seuls 5 personnels seront au final affectés au pôle. Le président, Gérard Collomb, sera flanqué de trois vice-présidents qui sont à la tête de chacune des intercommunalités parties prenantes. Le budget du pôle métropolitain s'établit à 950 000 euros.

Le conseil siègera à Givors, à la maison du fleuve, point équidistant des différents territoires. Cette assemblée comptera 64 élus : 31 proviennent du Grand Lyon (48,4 % des sièges), 15 de St-Etienne métropole, 9 de la CAPI et 9 du Pays Viennois. Notre communauté urbaine ne pouvait en effet accaparer plus de la moitié des sièges de l'assemblée métropolitaine, en dépit de son poids écrasant. Parmi les Lyonnais envoyés à Givors figurent trois conseillers communautaires issus de l'opposition de droite. Le sénateur-maire d'Oullins, François-Noël Buffet, a regretté que la règle de la proportionnelle n'ait pas été appliquée. Le groupe Synergie envoie 5 représentants, a-t-il comparé.

à lire également
bouchon trafic urbain
Plusieurs députés du Rhône ont déposé un amendement pour rendre possible la mise en place de péages de transit dans les villes de plus de 100 000 habitants. Un projet contesté par les élus Les Républicains du Grand Lyon qui y voient “une condamnation morale et une taxation des automobilistes”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut