royal collomb
©DR photomontage

La mobilisation des internautes pour défendre Royal face à Collomb

Dans une interview donnée vendredi dernier au quotidien national Le Monde, Gérard Collomb a annoncé qu'il trouvait chez Ségolène Royal « un côté madone, Eva Peron ou télévangéliste qui n'est pas trop mon trip ». Ces propos ont suscité de fortes réactions de la part des sympathisants de la présidente de Poitou-Charentes.

« Elle a un côté madone, Eva Peron ou télévangélste qui n'est pas trop mon trip ». Cette phrase prononcée par Gérard Collomb a suscité des réactions plutôt vives de la part des pro-royalistes, qui l'ont considérée comme une injure faite à la candidate à la présidentielle de 2007.

« 17 millions de français ne sont pas illuminés »

Sur le blog « Désir d'avenir », l'équipe de Ségolène Royal a très vite réagi en déclarant que « les 17 millions de français qui ont voté pour elle ne sont pas des illuminés, pas plus que 61 % des électeurs de sa région ». Le blog réplique fortement au maire de Lyon, qu'il considère comme un « notable cumulard et macho notoire qui a pris la grosse tête » et qui « met ses pas dans ceux de Vincent Peillon en reniant ses amitiés d'hier pour exister et en maniant l'insulte ». L'équipe du blog finit en prévenant Gérard Collomb que « ce n'est pas avec ce genre de petitesse que l'on se construit un destin. Attention à la chute !  ». Notable cumulard et macho notoire. Le maire de Lyon appréciera...

Gérard Collomb en manque de reconnaissance politique et médiatique ?

Désir d'avenir n'est pas le seul site à avoir publié un article incendiaire sur Collomb. Michel Faunus et Richard Trois, blogueurs, ont chacun publié un article sur le site Lepost.fr, où ils considèrent que ses propos sont de véritables insultes vis-à-vis de Ségolène Royal. Pour Michel Faunus, ces attaques à répétions « montrent bien l'embarras de certains notables socialistes », et seraient « une tentative de diversion alors même que Ségolène Royal connait une remontée très sensible dans l'opinion ».

Richard Trois estime quant à lui que le comportement de Gérard Collomb est « assez lamentable  », « inadmissible » et « en dit long sur le bonhomme ». En se comportant ainsi, le maire de Lyon aurait insulté non seulement Ségolène Royal et ses électeurs, mais aussi «  l'ensemble du peuple de gauche ». Apparemment remonté contre Gérard Collomb, Richard Trois se demande même comment expliquer « un tel déversement de haine ». Une question à laquelle il répond en avançant deux raisons. « Une audience nationale qui manque cruellement au maire de Lyon » et « une blessure profonde de Gérard Collomb dont on sait qu'il digère mal son manque de notoriété ». Et au lieu de critiquer Ségolène Royal, Richard Trois « invite » Gérard Collomb à « s'inspirer  » de sa démarche. « En faisant comme elle des propositions (…) et en se donnant à fond pour le mandat pour lequel on a été élu... ».

Réactions sur Internet

A Lyon, les politiques n'ont pas vraiment réagi. Najat Vallaud-Belkacem, adjointe au maire, n'a voulu faire aucun commentaire et Richard Llung, adjoint au maire de Villeurbanne, a estimé que ces propos étaient « picrocholins », dérisoires.

Si les politiques se sont plus ou moins désintéressés de cette histoire, ce n'est pas le cas de nombreux internautes qui viennent, sans toujours une grande finesse, au secours de la présidente de Poitou-Charentes. Leurs réactions n'ont pas tardé. Entre pro et anti-royalistes, ils ont donné leurs avis sur les propos de Gérard Collomb. Ainsi, pour Marie Charlotte sur Lepost.fr, c'est une « déception de voir Collomb parler de la sorte. Il manque très sérieusement de fair-play à l'égard de Ségolène Royal, ne serait-ce que par respect des idées socialistes qu'ils sont tous les deux à porter ! ! ».

Pour Karelk13, en parlant de la sorte, Collomb ne chercherait qu'à se positionner pour 2012. « De par son attitude très lâche et indigne envers Ségolène Royal, on comprend que Collomb n'est qu'un équilibriste qui n'a pas l'agilité d'une colombe et qu'il se comporte comme un rapace. Vivement les prochaines élections municipales et sénatoriales pour faire la leçon à ce cumulard de Collomb, qui est le genre de politique qui caresse les électeurs dans le sens du poil pour obtenir des voix et qui finit par les snober une fois assis sur le trône ». Norab, quant à lui, s'interroge sur les raisons du commentaire de Gérard Collomb. « Peut être a-t-il copié sur Peillon, et pour se faire un nom au plan national a-t-il choisi de s'attaquer au seul nom qui soit porteur auprès des médias : Ségolène Royal ! ».

D'autres internautes, au contraire, se sont demandés quelles étaient réellement les « insultes » que Michel Faunus et Richard Trois dénoncent. « J'ai pris le soin de lire l'article du Monde. Ce n'est qu'une réponse et elle ne va pas plus loin que les tombereaux d'injures et d'insultes des amis socialistes de Madame Royal », juge Marina Santorelli. De même pour Emile Domski. « Relever ainsi l'insignifiance des propos de quelqu'un qui se situent au niveau de l'insignifiance de son poids politique, relève du contresens politique et rabaisse celle à qui ils sont adressés. (...) Oublions ! Passons à autre chose ! ».

Les fans de "Segoleeeeene" ont particulièrement la dent dure à l'égard de celui qui fut un des leurs. Ce que remarque Romain Blachier, adjoint au maire du 7ème arrondissement, sur son blog « Lyonnitudes » : « Des instructions ont été données pour tuer la discussion. Si on se promène sur les divers sites des membres des clubs de supporters de l'ex-candidate du PS aux présidentielles, c'est les mêmes propos en boucle sur le thème de Collomb qui serait un pauvre provincial tout riquiqui qui aurait vilainement insulté Ségolène Royal  ».

à lire également
Maisons des Potes Hôtel de Ville Lyon
Rassemblement contre le racisme devant l'Hôtel de Ville, débat au centre socioculturel du Point du jour et exposition de l'association Cimade pour le soutien aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile : les "marcheurs" de l'association La Maison des potes font étape à Lyon ce lundi dans le cadre de leur tour de France de l'Egalité. 
18 commentaires
  1. webmaster - 7 mai 2010

    Nous vous rappelons qu'usurper l'identité de quelqu'un dans le but de lui faire tenir des propos pénalement répréhensibles, peut être considéré comme un délit passible d'une peine de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut