L'appel de Broliquier

Le maire divers droite du deuxième arrondissement de Lyon veut jouer un rôle dans la campagne des régionales. En tant que colistier ou bien tête de liste.

Denis Broliquier n'a jamais été un fervent gaulliste mais il a tenu jeudi à lancer son appel du 18 juin. Ou plutôt sa candidature spontanée. " J'ai
une ambition régionale ", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse organisé en mairie du 2ème arrondissement dont il est le maire. Après une
rapide critique de l'action de Jean-Jack Queyranne, le président socialiste de la région Rhône-Alpes, il a dévoilé le fond de sa candidature. " Je souhaite être candidat aux côtés de l'UMP s'ils enclenchent rapidement leur campagne, d'ici au 14 juillet ou au plus tard à la rentrée. Après, il sera trop tard ", a lancé le maire divers droite du 2ème. Son appel public succède à un appel privé à Françoise Grossetête, tête de liste UMP pour les régionales, et resté lettre morte pour le moment. Si le parti de la majorité présidentielle ne répond pas, Denis Broliquier mènera campagne seul. " Dans la région Rhône-Alpes, la majorité des maires sont sans étiquettes. Je peux mener une liste mais je suis loyal envers l'UMP et je leur demande : " est-ce que vous avez envie que l'on fasse campagne ensemble ? J'ai entendu des cadres de l'UMP parler d'une campagne courte comme celle des Européennes condensée sur quatre semaines et je pense qu'il s'agirait d'une erreur. Les régionales sont des élections très politique et il faut une longue campagne et une droite
rassemblée ". Sous la présidence à la région de Charles Millon dont il était proche, il avait participé à deux campagnes pour les régionales. " A
dix mois des élections, je constate que Jean-Jack Queyranne est en difficulté. Des acteurs sociaux ou des élus locaux m'ont fait part de
leurs critiques. Mais la région ne tombera pas comme un fruit mûr. Ce ne sera pas une campagne facile. Jean-Jack Queyranne a une bonne côte auprès
du public. Il faudra deux choses pour l'emporter : un projet alternatif pour la région et des listes ouvertes. Il ne faut pas reconduire tous les
sortants ", analyse Denis Broliquier. Il se propose d'incarner une ouverture dans l'élaboration des listes et appelle au rassemblement de la
droite. Sans étiquette mais pas sans ambition, le maire du 2ème attend désormais que son portable sonne. Sinon il mènera la campagne d'une droite
désunie.

Paul Terra

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut