Il avait frappé un jeune Juif à coups de marteau

L'agression antisémite remonte au samedi 18 juin, à Villeurbanne. Un jeune Lyonnais, portant une kippa, avait été agressé à coup de marteau par un individu. Puis, quelques minutes plus tard, par un groupe de six personnes. La police a procédé aux premières interpellations.

Ce samedi, Nathaniel, sort du bus n°11, rue Antonin Perrin. Ce jeune Lyonnais de 21 ans se rend chez une amie. Il est 16h30, il croise un individu qui observe sa kippa. Celui-ci lui grommelle des insultes à caractère antisémite. "Trace ta route", lui ordonne-t-il. La victime ne se laisse pas faire. Il est d'une carrure autrement plus imposante et met en fuite le jeune Villeurbannais. Ce dernier s'en va chercher du renfort. Et en guise de soutien, il trouvera un marteau prêté par deux amis. C'est armé qu'il revient vers le jeune Juif.

"S'il avait été Noir, j'aurais dit sale Noir"

Nathaniel est surpris, glisse et chute. L'agresseur lui assène trois coups de marteau au visage qu'il essaie tant bien que mal de retenir. Une fois relevée, la victime prend la fuite. Mais un groupe six jeunes, témoins de l'agression, entourent le jeune Lyonnais. Ils sont comme galvanisés. Les coups pleuvent. L'un d'eux sort une barre de fer et en fait usage. Un autre jette sa trottinette sur lui.

La victime a été prise en charge par la police. Il écope de trois jours d'incapacité de travail, sans blessure grave. Lors de l'enquête de police qui suit, Nathaniel reconnaît sur un fichier de personnes connues des forces de l'ordre son premier agresseur. Celui-ci a été interpellé le 22 juin à 9h40. C'est un Villeurbannais de 19 ans, d'origine Maghrébine. Il reconnait les faits mais relativise son caractère antisémite. "S'il avait été Noir, j'aurais dit sale Noir", indique-t-il. La victime reconnaît deux autres assaillants, tout en étant moins précis sur leurs rôles respectifs. Ils ont été arrêtés les 22 et 23 juin, mais laissés libre. ils reconnaissent partiellement les faits. Le Parquet va ouvrir deux informations judiciaires. Les enquêteurs ont identifié les autres protagonistes.

Le maire de Villeurbanne n'a pas tardé à réagir. "Je suis indigné par cet acte de violence abject et le condamne fermement. Villeurbanne s’est construite sur des valeurs de tolérance et d’accueil de la différence. Tout au contraire de ce refus de l’autre, exprimé par cet acte antisémite". Le nouveau président du conseil régional du culte musulman a tenu à "condamner fermement" ces actes. Une position qui réjouit le président du CRIF Rhône-Alpes, Marcel Amsallem : "Il fait œuvre de paix pour le vivre-ensemble". Le représentant de la communauté juive s'inquiète du climat de brutalité contre les Juifs. il évoque l'agression antisémite du mois d'avril où un jeune Villeurbannais avait été attaqué par deux individus (lire ici). "C'est effroyable pour eux et pour leur famille. Il faut dénoncer l'importation du conflit du Moyen Orient", ajoute Marcel Amsallem.

1 commentaire
  1. bibi le vert - 25 juin 2011

    ah si chacun essayait de se connaitre de se parler au lieu de s'enfermer dans ses propres écoles ou crèches ou quartier ou lieu de culte etc... ceci permettrait de se découvrir au lieu de chercher le mal

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut