Hamelin et les lendemains qui déchantent de Gérard Collomb

Les primaires à droite étant redevenues crédibles, Emmanuel Hamelin a présenté vendredi 25 janvier ses équipes de campagne et son bilan des années Collomb. Dans une longue énumération des échecs du maire de Lyon, il dresse le portrait d'un maire"illusionniste".

"Emmanuel Hamelin est sans doute, à droite, le meilleur communicant. Il trouve un angle d'attaque contre Gérard Collomb, un slogan qu'il sait bien dérouler", nous confiait un proche de Michel Havard, un brin jaloux. À l'approche des primaires internes à la droite dont l'annonce est imminente, Emmanuel Hamelin a présenté, ce vendredi matin, son nouveau slogan répété à satiété : "Gérard Collomb a volé leur rêve aux Lyonnais !". Dans sa critique du second mandat, il replace son gimmick après avoir apporté son éclairage sur tous les grands dossiers : OL Land, Grôlée, Hôtel-Dieu, Cité de la gastronomie, la SACVL, métropole ou encore le futur réaménagement du quartier de la Part-Dieu. Sur tous ces dossiers, il entend faire prendre conscience aux lyonnais "des erreurs et des mensonges de Gérard Collomb". Ce vendredi matin, Emmanuel Hamelin s'est plié à un exercice de synthèse des communiqués qu'il envoie à la presse depuis que sa candidature dissidente à celle de Michel Havard, en vue des municipales de 2014, l'a privé de tribune au conseil municipal de Lyon. Ses positions n'ont rien de nouveau mais il les utilise comme base de sa future campagne des primaires de l'UMP et du centre.

"Les lyonnais ont rêvé"

Brodant autour du thème "c'était beau, les lyonnais en ont rêvé", il revient sur la rue Grôlée promise par Gérard Collomb aux Lyonnais comme une rue du luxe et qui pour lui n'est plus qu'une "friche lugubre et insécure dont les fausses façades cachent mal la réalité". Il passe en revue les rendez-vous manqués par Gérard Collomb en matière de rayonnement international : la Cité de la gastronomie, Lyon Mode City, le grand prix de tennis de Lyon. Sa critique des années Collomb s'appuie aussi sur du concret notamment à la Confluence : "Le centre commercial est un fiasco. Carrefour qui devait être la locomotive a le plus mauvais taux de rentabilité de France". Et Emmanuel Hamelin de citer le responsable : "Gérard Collomb a fait une erreur historique en ne faisant pas le métro dans ce quartier".

Le métro à la Confluence mais quand ?

Pour incarner une posture de candidat plus que d'opposant, Emmanuel Hamelin se risque à dévoiler son premier élément de programme au cas où il serait investi candidat de l'UMP et du centre : "amener le métro à la Confluence". L'idée peut faire rêver les Lyonnais, sa réalisation peut laisser sceptique. Le prolongement de la ligne A étant techniquement impossible, le conseiller municipal UMP envisage de débrancher le métro à Ampère puis de l'orienter sur les quais du Rhône, sous l'A7. Ce projet ne pourra voir le jour qu'après le déclassement de l'autoroute qui longe la Confluence. L'idée est envisagée depuis longtemps mais reste soumise à la réalisation du TOP voire du Col, deux infrastructures routières qui ne seront pas réalisées avant 2030.

Des primaires entre lyonnais

Dans un premier temps, le calendrier qui lui tient à cœur est moins celui du métro à la Confluence que des primaires de la droite et du centre qui vont désigner le futur adversaire de Gérard Collomb en 2014. Il les veut ouvertes à l'UDI et dans les plus brefs délais. "Notre candidat doit être investi en juin ou en juillet. La campagne doit donc avoir lieu en mars et en avril et elle doit être courte. Nous avons vu que les longues campagne pouvaient créer des problèmes", glisse-t-il en faisant référence au psychodrame de la présidence de l'UMP. Une manière aussi de contrecarrer les desseins municipaux des extramuros que sont Georges Fenech ou François-Noël Buffet. "Les lyonnais ne veulent pas d'un parachuté. Fenech est député de Givors, quelle légitimité a-t-il ? Quant à François-Noël Buffet, il est téléguidé par ses ambitions personnelles mais Oullins n'est pas Lyon. En 2008, nous avons vu ce que donne le retour d'un lyonnais dans sa ville", assène-t-il. Entre les rêves évaporés de Gérard Collomb et le cauchemar de Dominique Perben, Emmanuel Hamelin pense tenir sa martingale.

6 commentaires
  1. lyonnais - 26 janvier 2013

    Lyon payera encore pour très longtemps les erreurs urbanistique du Roi Collomb et qui a toujours été le premier à mettre des bâtons dans les roues lorsqu'il était dans l'opposition à coup de recours sur ce qui aurait pu changer la vision urbanistique de notre ville avec ses potes Tête et Buna....Le fautif est réellement bien Collomb !!

  2. questionnment - 26 janvier 2013

    ah mais oui 'lyonnais' en tant qu'ex noiriste vous avez du être embauché par Hamelin. Pour combien?

  3. lyonnais - 26 janvier 2013

    0€ mais donc vous, vous votez donc pour un branquignole, vous connaissez l'axe Challemel Lacour / Barbusse, demain il sera impraticable à cause de vous!C'est dans la fosse au lion de la cité internationale que l'on vous jettera !

  4. alibobo - 26 janvier 2013

    Je ne rentre pas dans les querelles internes de partis, et même pas de gauche/droite, mais simplement je crois que des types comme Hamelin relèvent sacrément le niveau des hommes politiques, pour sa moralité, son honnêteté et son sens de l'intérêt général, autant que je puisse en juger. Alors ce serait une très bonne chose qu'on l'essaie comme maire de Lyon !

  5. rémi - 27 janvier 2013

    @alibob...Soit vous êtes un grand naïf, soit vous nous prenez pour des débutants...connaissez-vous le parcours de M. Hamelin ? vous parlez de niveau ? d'intérêt général ? arfff un dimanche matin qui commence sous de grands éclats de rire !!

  6. Jean-Marc Chaffringeon - 27 janvier 2013

    Je pensais soutenir Collomb. Assez logiquement, j'ai notamment écrit son programme qui lui a bien réussi ces dernières années...Et encore lors de la préparation des municipales de 2008, j'ai été le seul à proposer le projet de métropolisation... Mais Collomb conteste aujourd'hui le deuxième grand projet d'équilibre que je défendais pour l'agglomération, le COL. C'est une faute majeure contre les générations futures et une injustice de plus pour plus d'un demi-million de citoyens. Alors, Collomb?

  7. Janus - 30 janvier 2013

    En effet un troisième mandat sera-t-il de trop ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut