Hamdiken-Ledesert : "Vénissieux se ghettoïse de plus en plus"

Samia Hamdiken-Ledesert, candidate "de gauche" pour les municipales à Vénissieux, regrette qu'il y ait peu de mixité sociale dans la ville. Selon elle, l'actuelle maire, Michèle Picard, encouragerait cette tendance.

Interrogée initialement sur la gestion des finances de Vénissieux, la candidate Samia Hamdiken-Ledesert, qui a souhaité quitter la logique des partis institués et "la connivence PS-PC qui perdure depuis des décennies", a surtout insisté sur la question du logement social.

La ville de Vénissieux possédait 50 % de logements sociaux en 2012, mais il y en aurait actuellement 55 %, selon la candidate divers gauche. "La loi en impose seulement 25 % par ville. Etre au-dessus des taux n'est pas un problème car cela bénéficie à des populations. En revanche, Vénissieux aurait maintenant besoin de faire venir des classes moyennes, plutôt que de les faire partir", déclare Samia Hamdiken-Ledesert.

La candidate explique que ce processus de construction de logements sociaux serait continue dans la ville et encouragé par Michèle Picard, la maire sortante. "Cela conduit à une ghettoïsation, avec des secteurs où seuls des personnes à bas revenus cohabitent. Je propose de construire seulement un logement social pour trois logement vides. Vénissieux a besoin de voir vivre ensemble plusieurs populations" conclut la candidate encore très attachée aux valeurs socialistes.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut