gratte ciel nord

Gratte-Ciel Nord : Villeurbanne change la face de son centre-ville

gratte ciel nord ()

Gérard Collomb, président du Grand Lyon et Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, ont présenté ce jeudi le projet ZAC Gratte-Ciel Nord, qui implique la rénovation du centre-ville villeurbannais et une extension de sa surface commerciale. Un projet estimé à 54 millions d'euros. Détails.

Le 7 février prochain, le Grand Lyon devra voter le lancement du projet de la Zone d'Aménagement Concerté (ZAC) Gratte Ciel Nord à Villeurbanne. Un projet qui prévoit de transformer radicalement le centre-ville villeurbannais et d'amener de nouveaux commerces de proximité à l'horizon 2020.

Un projet digne de la Confluence à Villeurbanne

La ville et le Grand Lyon imaginent un projet innovant, un "Confluence" villeurbannais, qui coûtera tout de même aux différentes collectivités plus de 54 millions d'euros. Puisqu'il annonce plusieurs démolitions d'envergure et la création de nouveaux édifices. Il concerne 120.000 m2, au-delà de l'avenue Henri Barbusse, vers le nord de l'agglomération, entre le cours Emile Zola et la rue Francis de Pressensé. "Un périmètre définitif a été fixé", a souligné Jean-Paul Bret.

La rue Léon Chomel, dans le prolongement de l'avenue Henri Barbusse, sera élargie de 20 mètres et un mail piéton ira d'est en ouest. Pour améliorer l'harmonie de la circulation, des rues perpendiculaires seront percées. Le maire explique que "Villeurbanne souffre aujourd'hui sur les axes Nord-Sud. Ce sont plus les axes Est-Ouest, qui vont vers Lyon qui sont dynamiques." Le projet a aussi été conçu pour être capable d'accueillir la ligne de transport A7, pour desservir, dans le futur, Villeurbanne en reliant Gerland à la Doua.

gratte ciel ()

22 000 m2 de commerces pour améliorer l'attractivité du centre ?

Le projet inclut 20 à 22.000 m2 de commerces en rez-de-chaussée et sur deux niveaux. "Avec ce projet, la surface dédiée aux commerces dans le centre va doubler et va améliorer l'attractivité du centre", affirme le maire socialiste, Jean-Paul Bret. "Cela fait longtemps que les 18.000 m2 de commerces des Gratte-Ciel ne suffisent plus à l'échelle de Villeurbanne."

L'argument qui justifie l'implantation de nouveaux commerces, c'est l'évasion commerciale. Elle s'élève pour le centre de Villeurbanne à 75 %. Cela signifie que la plupart des habitants du quartier doivent faire des kilomètres pour trouver ce dont ils ont besoin.

L'équipe a précisé que cette extension de la surface commerciale se base sur plusieurs études de la CCI et de cabinets d'experts. Pourtant, elle ne fait pas l'unanimité. Les Verts villeurbannais avaient déjà annoncé qu'ils s'opposeraient "à ce que le projet soit articulé autour d’une grande enseigne, qui pourrait être Carrefour." Ce ne sera pas Carrefour mais Monoprix à qui on donnera un quart de la surface. Et pas d'enseignes d'économie sociale et solidaire au programme, comme les écolos le préconisaient. "Ce sera un centre-ville porté par une locomotive, en l'occurrence dans l'alimentaire, confie Richard Llung, qui insiste : il faudra des gros et des petits pour créer une dynamique."

gratte ciel ()

Le Lycée Brossolette détruit et reconstruit

Gratte-Ciel Nord comporte également des espaces publics (jardins suspendus ou de plain-pied, cours plantées), des équipements publics et enfin des logements. Le projet prévoit la construction de 900 logements neufs, dont 25 % de logement social. Le cinéma le Zola y trouvera également une place, avec une augmentation de sa surface et du nombre de salles. "Il y aura un groupe scolaire, une crèche, peut-être une salle d'exposition, mais surtout le nouveau lycée Brossolette", énumère Jean-Paul Bret.

En effet, ce qui inquiétait les habitants du quartier et les Villeurbannais en général, c'était avant tout l'avenir du lycée Pierre Brossolette. Edifice des années 1960, il sera entièrement démoli pour être reconstruit plus à l'ouest, à côté du passage de l'Etoile. Il sera installé sur 8600 m2 de surface et deviendra beaucoup plus central. "Nous en ferons un vrai lycée de ville sur plusieurs étages, avec un gymnase complètement intégré au bâtiment", indique le maire socialiste. Le nouveau lycée devrait être en chantier dès 2014.

La ZAC Gratte-Ciel Nord attend maintenant sa déclaration d'utilité publique courant mars. Puis, le concours d'architectes pour savoir vraiment quel visage pourra avoir ce futur quartier. Jean-Paul Bret souligne : "Nous ne voulons pas un plagiat de l'architecture des Gratte-Ciel mais quelque chose qui s'en approche. Il faudra que ce projet suscite autant d'émulation et d'audace." Richard Llung, espère faire au moins aussi bien que ces prédecesseurs. Toutefois, il sait que ce projet se fera au fil des prochains mandats : "Lazare Goujon (maire de Villeurbanne de 1924 à 1935) était quelqu'un de visionnaire mais il n'a vu que les obstacles du projet des Gratte-Ciel, pas la valeur patrimoniale que les Gratte-Ciel ont prise au fil du temps. Et ce sera sûrement pareil pour nous."

------

En haut une esquisse ce que pourraient être les futurs Gratte Ciel. Pour avoir une idée plus précise du projet, il faudra attendre les plans d'architectes.

à lire également
1 commentaire
  1. dany69 - 15 janvier 2011

    très bonne nouvelle pour Villeurbanne, espérons que ce projet aille jusqu'au bout.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut