Conseil régional 4.01.16
© Tim Douet

Gilles Chabert visé par une enquête pour prise illégale d'intérêts

Des conseillers régionaux d'opposition avaient saisi le parquet de Lyon suite à des soupçons quant au rôle joué par ce conseiller de Laurent Wauquiez dans l'attribution de subventions.

La police judiciaire de Lyon enquête sur les soupçons de prise illégale d'intérêts visant Gilles Chabert, élu à la région Auvergne-Rhône-Alpes sur la liste de Laurent Wauquiez et président de la commission Montagne. Le dossier a été confié à la PJ dans le courant du mois de mars, après que le parquet a décidé de l'ouverture d'une enquête. Une décision qui fait suite à la saisie du procureur de la République, mi-février, par Corinne Morel Darleux, élue régionale du groupe du Rassemblement Citoyens, Ecologistes, Solidaires (RCES).

Le président de la commission Montagne est également "membre du bureau de l'association Montanea, président du Syndicat National des Moniteurs du Ski Français et était jusqu'au 31 janvier 2017 administrateur de la Compagnie des Alpes", soulignait Corinne Morel Darleux dans un communiqué diffusé à l'époque. Au mois de novembre l'association Montanea, dont il est administrateur, a reçu une subvention de 20.000 euros du conseil régional. Laquelle avait été demandée par la commission Montagne présidée par Gilles Chabert.

"Un tour de passe-passe"

"Il n'y a pas de souci quant à l'ouverture de l'enquête, nous serons transparents", a assuré vendredi 24 mars l'entourage du président de la région, Laurent Wauquiez. "Sur le fond, Gilles Chabert n'a pas été rapporteur du texte, il n'a pas pris part au vote, ni donné aucune consigne de vote, et ne s'est pas exprimé", a-t-on ajouté de même source.

Mi-mars, les élus d'opposition avaient également dénoncé un "tour de passe-passe" autour de cette subvention, après avoir découvert "une délibération instruite le 17 mars par la commission Lycées et soumise au vote le 27 mars, proposant l'annulation de la subvention à Montanea du 17 novembre dernier pour mieux la redonner par l'intermédiaire de la commission Lycées".

"Cela ressemble à un aveu. La position du président de la commission Montagne est intenable. Il a déjà démissionné de son poste d'administrateur de la Compagnie des Alpes, maintenant il essaye de se dégager de l'instruction du dossier Montanea", avait fustigé Corinne Morel Darleux. Des élus ont demandé sa démission.

Selon la Région, cette nouvelle délibération visait à "réparer une erreur matérielle" liée à une "question de technique budgétaire" afin de regrouper deux subventions de 20.000 euros attribuées à Montanea sur une seule ligne budgétaire.

Lire aussi : L'interview de Corinne Morel Darleu

à lire également
Étienne Blanc, au conseil régional, en mai 2018 © Tim Douet
L’alternance dans la continuité, propose Étienne Blanc à la droite lyonnaise. Tendant la main aux élus Synergies du Grand Lyon. Objectif : ramener au bercail le peuple de droite séduit par Collomb. De la région, où il fait office de président bis, Étienne Blanc plaide pour une métropole dont le développement s’appuie sur les territoires voisins.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut