Gérard Collomb encourage Hollande mais défie le PS

Gérard Collomb était l’invité de la matinale sur Canal+ ce mardi matin. Le maire de Lyon est revenu sur les actions de François Hollande, sans manquer au passage d’égratigner ses camarades du PS.

Interrogé par Apolline de Malherbe, Gérard Collomb fait désormais partie des observateurs de la présidence Hollande pour les médias nationaux. Car, s’il existe un socialiste qui a un regard distancié envers son propre parti, c’est bien lui !

Nous n’avons pas vu immédiatement la gravité de cette crise

Concernant les entreprises, le maire de Lyon, qui s’est toujours préoccupé de leur situation, s’est félicité des annonces du président : “Face à cette crise, il faut prendre des décisions courageuses, et il les prend en ce moment.” Pourtant, il fait savoir que “si on avait pris ce type de décisions tout de suite, [il] aurai[t] mieux aimé”. Il va même plus loin, affirmant que la gauche “n’avait pas vu immédiatement la gravité de la crise économique et sociale”.

Le PS en ligne de mire

Son attaque la plus virulente ira contre son propre camp, le Parti socialiste. “Avant la prise du pouvoir, il y avait un manque d’analyse et de réflexion de la part de l’ensemble des socialistes”, comme pour justifier ce regard distant vis-à-vis de la crise économique. À propos d’Harlem Désir, il ne dira rien – “Je ne suis pas sûr de vouloir commenter !” – non sans rappeler qu’il ne fait plus partie du bureau national du PS.

L’Allemagne, notre partenaire

Comme pour confirmer une certaine distance avec l’appareil du PS, Gérard Collomb soutient que la France doit avoir des relations apaisées avec l’Allemagne : “Il faut d’abord faire des réformes structurelles chez nous, puis trouver l’Allemagne comme un vrai partenaire.” Alors que le Parti socialiste avait émis de sérieuses critiques envers la politique de notre voisin, le maire de Lyon a apprécié la réaction de Jean-Marc Ayrault à ce sujet : “C’est un homme qui connaît très bien l’Allemagne.” Sur son action comme Premier ministre, il aura cette phrase : “Il ne démérite pas autant que cela, il se bat de manière courageuse.”

2 commentaires
  1. PERHAPS - 30 avril 2013

    Ce baronnet a une propension naturelle à la critique A quand son auto-critique, sur ses choix autoritaires et unilatéraux guidés par l'aimant fric ? lui qui en arrive à faire supporter par les contribuables des charges qui n'ont rien d'intérêt général (infrastructures à hauteur de 400 millions d'euros pour un stade PRIVE) au détriment d'autres équipements prioritaires de lignes de transports entre autres qui le nécessitent pour améliorer le quotidien des lyonnais

  2. Martin de Givors - 30 avril 2013

    Avec un charisme politique tel que celui d'une huitre qui aurait copuler avec un Oursin, il ferait mieux de se taire et d'éviter de critiquer ses amis, car son Bilan est des plus désastreux, tant sur le plan financier qu'en terme énergétique et rejet de Gaz à Effet de Serre... Dire qu'il est un farouche partisan du cumul des mandats, un comble! Mais au fait combien de fois s'est -il rendu au Sénat depuis le début de l'année? Pauvre HOLLANDE, avec une telle béquille déjà qu'il est mal en point...

  3. Epsilon - 2 mai 2013

    Une preuve supplémentaire qu'il est de droite! Sans parler des dépenses inutiles pour des projets sans avenir, en croisant les doigts pour qu'un peu de bling bling ramène de la richesse et tire l'économie locale vers le haut. Vu le résultat au niveau mondial, il y a de quoi douter.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut