Farida Boudaoud à la direction nationale du PS

En soutenant Martine Aubry, Farida Boudaoud avait choisi le bon cheval bien avant que ne débute le congrès de Reims.

"Il m'a semblé que Martine Aubry était la mieux placée pour incarner le changement". Au départ très minoritaire au PS, la maire de Lille a réussi le coup de force d'éliminer le grand favori du congrès, Bertrand Delanoë, avant de se faire élire face à l'outsider parfaite, Ségolène Royal. Ceux qui ont misé sur elle ne sont donc pas déçus. "Je ne me sens pas renforcée pour autant. Je n'oublie pas que le parti est coupé en deux", tempère Farida Boudaoud. A 42 ans, cette conseillère régionale et adjointe au maire à Décines, qui travaille depuis 12 ans dans l'éducation populaire (animation de quartier, colonies...), est toujours présentée comme une des figures montantes du parti.
Elle avait par ailleurs décidé de ne pas être de la prochaine direction locale. "La motion Aubry a choisi de proposer une liste entièrement paritaire et renouvelée. On laisse donc tous notre place à des jeunes de 26 - 27 ans qui ont envie de s'investir pleinement", avait-elle déclaré à Lyon Capitale en novembre dernier.

à lire également
Jean-François Debat
Le président du groupe socialiste de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-François Débat, a annoncé ce jeudi 10 septembre son intention de saisir la Commission nationale des comptes de campagne pour dénoncer la communication du président de la Région, Laurent Wauquiez.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut