Européennes : les écolos veulent un "Bruxelles de l'emploi"

La crise appelle, selon eux, une réflexion sur les alternatives à notre économie.

Rassemblés mercredi pour une conférence de presse à Lyon, quelques membres locaux d'Europe Ecologie (parmi lesquels Michèle Rivasi, Etienne Tête, Guylaine Gouzou-Testud) ont présenté leurs ambitions pour la campagne des élections européennes. 'La manifestation du 19 mars montre que nous sommes arrivés à une situation d'urgence, qui appelle une réponse exceptionnelle. La réponse apportée par le gouvernement, c'est l'investissement dans les infrastructures et l'automobile et nous, nous disons que c'est reculer pour mieux sauter. Il faut une reconversion de l'économie par l'écologie,' a déclaré Michèle Rivasi, adjointe au maire de Valence et tête de liste pour le Grand Sud Est sous l'égide Europe Ecologie.

Dans leur programme pour les élections européennes de juin, les huit têtes de liste Europe Ecologie, portés par 'Dany' Cohn-Bendit, proposent des 'contrats européens de conversion écologique' pour chaque secteur économique, la création de dix millions d'emplois verts par les énergies renouvelables, par la relocalisation de l'agriculture biologique et paysanne et une directive européenne pour réduire le temps de travail. Pas de 'travailler plus pour gagner plus' mais 'travailler pour vivre mieux'. L'objectif : réconcilier le social avec l'économique.
'Chercher une troisième voie'
Mais le collectif Europe Ecologie réclame surtout une grande discussion sur les crises actuelles au sein d' un 'Bruxelles de l'emploi', sorte de Grenelle de l'environnement, à l'échelle européenne et impliquant tous les acteurs de l'emploi et de la société civile. 'Notre société a besoin de redéfinir son économie, les vieux schémas sont devenus obsolètes, il faut chercher une troisième voie, affirme Michèle Rivasi qui résume sa pensée avec un peu d'humour, il ne faut plus changer le pansement, mais penser le changement.' Interpellée sur la complexité à réunir autant d'acteurs, elle répond que tout est possible si tout cela est bien organisé.

De son côté, Etienne Tête, conseiller régional (Verts) et candidat aux européennes, réprouve la logique actuelle de l'Etat, qui, selon lui, n'améliore pas la santé financière du pays et propose à l'unisson avec Europe Ecologie, d''investir pour économiser sur le long terme'. 'Au lieu de prêter six milliards à l'industrie automobile, sans se poser de questions, on doit réfléchir aux nouveaux modes de transport, à la reconversion professionnelle des salariés de l'industrie, souligne Michèle Rivasi, et tout cela ne se fera pas sans l'Europe, c'est seulement à une échelle plus globale qu'on pourra répondre d'une manière satisfaisante aux problèmes actuels'.

Meeting d'Europe Ecologie le mardi 31 mars 19h30 à la Maison des fêtes familiales à Villeurbanne sur le thème 'Pour sortir de la crise...Transformer l'économie'.
Marine Badoux

Crédits photo : Barbara Mestric

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut