Llung

Des cantonales “anti-Rivalta” à Villeurbanne

Les électeurs de Villeurbanne centre sont appelés aux urnes ce week-end. La participation s'annonce particulièrement faible et pourrait réserver bien des surprises aux candidats du PS et des Verts, annoncés favoris, et tous deux assez hostiles au leader de la gauche au département du Rhône : Bernard Rivalta (PS).

En 2011, année de renouvellement de la moitié du Conseil Général, le PS espère prendre la main sur l’assemblée actuellement présidée par le centriste Michel Mercier. Il ne lui manque que trois sièges pour devenir majoritaire. Ce week-end, la gauche va pouvoir se préparer en toute tranquillité lors des cantonales anticipées suite au décès de Raymond Terracher. Au premier tour, la gauche sera représentée par deux candidats, Richard Llung pour le PS, et Béatrice Vessillier pour Europe Écologie qui n’ont pas pu s’entendre. Pour 2011, le PS et Europe Écologie veulent s’allier. Mais dans la précipitation liée au décès de Raymond Terracher, ils n’ont pu trouver les bases de leur accord. Pourtant, tous deux ont en commun d’être ouvertement opposants, au Sytral, à Bernard Rivalta, conseiller général sur un autre canton de Villeurbanne.

Ces deux candidatures sont un message adressé au président du Sytral. En coulisses, la fédération socialiste s’active aussi pour que Bernard Rivalta ne soit pas candidat sur son actuel canton. S’il venait à se faire réélire, tout indique que Richard Llung ou Béatrice Vessillier ne soutiendrait pas l’actuel président du groupe socialiste pour qu’il devienne le nouveau patron du Conseil Général. Richard Llung lui a déjà envoyé une pique en appelant à une opposition plus vive des conseillers généraux PS à Michel Mercier. La guerre des conseillers généraux socialistes villeurbannais va commencer.

Le taux de participation en ce début juin s'annonçant particulièrement faible, cette bataille pourrait cependant faire les affaires du candidat UMP ou de celui du FN. Seuls les deux premiers arrivés dimanche soir devraient pouvoir se maintenir au second tour dimanche 13 juin. Il n'est pas non plus exclu qu'Europe Ecologie devance l'UMP, pour un face à face Llung/Vessiller le week-end prochain.

À écouter, les entretiens des trois principaux candidats :

Richard Llung : Le PS dénonce "le cumul préjudiciable de Michel Mercier"

Béatrice Vessiller : "Gagnons la bataille du rail"

Jean-Paul Regnault : "L'éthique, ce n'est pas mon problème"

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
3 commentaires
  1. Crazydiam - 7 juin 2010

    Je comprends mal cette fixation sur Bernard Rivalta. La section du PS de Villeurbanne ne fonctionne pas en fonction de l'attitude de M. Rivalta. Certes Richard Llung s'est ouvertement opposé au président du Sytral mais sa candidature et j'espère son mandat se fera pour les villeurbannais. Nous n'avons que faire de cet homme qui n'a fait qu'une apparition en AG de section, pour défendre la candidature de Laurent Fabius à la désignation, fin 2006. Quant à son canton, on ne l'y a jamais vu depuis au minimum 4 ans !

  2. Chlorophyle - 7 juin 2010

    C'est vrai ça : comment expliquer la fixations sur Rivalta ?Un tel homme de gauche qui justifiait il y a encore quelques années dans les journaux les indemnités illégales qu'il a pu toucher, sans comprendre même pourquoi on pouvait s'offusquer face à l'un des chômeurs les mieux payés de France à l'époque. Même si en coulisses nombreux étaient ceux qui étaient choqués, ils se gardaient bien de monter au créneau publiquement contre ces pratiques.Un tel spécialiste qui a joué la carte sécuritaire agitée par la droite, et qui pour 1 Million d'Euros par station a voulu privilégier les portillons dans le métro à un développement plus rapide du réseau... Portillons coûteux et inefficaces, vu qu'il faut régulièrement leur adjoindre des 'sentinelles'...Franchement, on s'interroge...

  3. Crazydiam - 7 juin 2010

    Je me suis mal expliqué : Je ne faisais que m'étonner qu'on mette Bernard Rivalta au centre du débat politique villeurbannais, tant il représente pour beaucoup d'entre nous la pire façon de faire de la politique !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut