péage

Collomb : trois idées pour un péage urbain “à horizon 2020”

Trois types de péage sont imaginés par le maire de Lyon pour aider à financer l’Anneau des Sciences. Des études seront lancées prochainement par l’État. Gérard Collomb envisage ce droit à circuler “à l’horizon 2020”.

Malgré les baisses de dotations de l'Etat, le maire de Lyon ne compte pas abandonner si vite ses projets d'investissement. Même l'Anneau des Sciences, au coût de 2,2 à 2,5 milliards d'euros, n'est pas écarté. Pourtant, la puissance publique aurait à débourser 120 à 150 millions d'euros par an pour la réalisation de cet équipement dans le cadre d'une concession ou d'un partenariat privé-public (1), quand la métropole devra se contenter de 250 millions d'investissements annuels au cours du mandat à venir. Pour y parvenir, Gérard Collomb compte demander des financements européens, et surtout mettre le privé à contribution – comme souvent pour ses grands projets.

Un titre incluant aussi les TCL ?

Un péage a toujours été prévu pour cofinancer l'Anneau des Sciences. Mais dans Le Progrès de jeudi, Gérard Collomb évoque aussi plus largement l'hypothèse d'un péage urbain. Il s'en est expliqué devant nous. "Il y a trois possibilités de péage : tronçon, zone et urbain", a-t-il développé. Dans le premier cas, seul l'usager de l'infrastructure crache au bassinet, comme pour une autoroute ou l'actuel périphérique nord. Lors du débat public, il a été estimé qu'il rapporterait 40 à 75 millions d'euros par an (valeurs 2011). Le deuxième met à contribution l'ensemble des automobilistes d'un périmètre donné, tel qu'il existe à Londres, Milan ou Stockholm. Pourrait ainsi être concerné le cœur d'agglomération délimité par l'actuel boulevard Laurent-Bonnevay (périphérique existant), incluant Lyon, la majeure partie de Villeurbanne et partiellement Bron et Vénissieux. Le péage urbain, tel que l'imagine le maire de Lyon, revient au même, sauf qu'il permet aussi d'utiliser les TCL. C'est un titre de mobilité donnant accès à tous les modes de déplacement.

"On est en train de regarder tout ce qui fonctionne dans le monde, jusqu'à Singapour", précise Gérard Collomb. L'État s'est aussi engagé à financer les études qui devraient être réalisées l'an prochain. Ce péage pourrait être instauré à l'horizon 2020, contribuant à réduire l'encombrement automobile et à financer le bouclage du périphérique.

Le maire de Lyon est aussi confiant quant au contournement autoroutier de Lyon, qui passerait "plutôt à l'est", soit dans le prolongement de l'A432. "Nous avions engagé des discussions avec M. Cuvillier [ex-ministre des Transports, NdlR], il est parti ! Il va falloir refaire de la pédagogie avec M. Vidalies [le nouveau ministre, NdlR]", précise le maire de Lyon.

---

(1) La somme inclut le réaménagement des quais du Rhône, des opérations d’accompagnement pour les communes de l’Ouest lyonnais et les nouvelles lignes de transport collectif investies par le Sytral.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut