Gérard Collomb en visite officielle à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Gérard Collomb en visite officielle à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Article payant

Collomb à l’Intérieur : bilan d’un an de lutte antiterroriste

Un an après sa prise de fonction au poste de numéro deux du gouvernement, le bilan de Gérard Collomb paraît “passablement bon”, fortement aidé par la guerre déclarée à l’État Islamique.

Le 17 mai 2017, après seize ans et un triplé à la tête de la deuxième ville de France, Gérard Collomb, est nommé ministre de l’Intérieur. Longtemps resté au pied de la dernière marche, celle de la consécration nationale, il est désormais le premier flic de France et numéro deux du gouvernement. Après un quinquennat marqué par une vague d’attentats ayant fait 239 morts depuis janvier 2015, la lutte antiterroriste s’impose comme le premier dossier du nouveau locataire de la place Beauvau, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron. “Nous savons tous aujourd’hui que l’Europe et en particulier la France [est] la cible des terroristes, donc j’ai conscience, en arrivant ici, que mon premier devoir sera de tout faire pour protéger nos concitoyens”, a déclaré l’ancien sénateur-maire PS de Lyon lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur, Matthias Fekl.

Il vous reste 87 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Gérard Collomb
Après l'annonce de sa candidature aux élections municipales à Lyon en 2020, ce lundi, Gérard Collomb a assuré qu'il demeurerait ministre de l'Intérieur à part entière jusqu'à l'été prochain. Un position difficilement tenable, selon ses opposants politiques. D'autant que l'ex (et futur ?) maire de Lyon semble déjà concentré sur son retour. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut