JENNI Alexis photo C. Hélie Gallimard COUL5 06.11-1
©DR

Casting de choc pour le comité de soutien de Gérard Collomb

Gérard Collomb ratisse large et élitiste pour la publication de la première fournée de ses soutiens : un prix Goncourt, deux figures de la culture, une ancienne bâtonnière du Barreau de Lyon, un chef étoilé, des patrons. Pour amorcer sa campagne, le maire socialiste a choisi de faire monter au front la société civile.

Ils ne sont que 20 mais ils témoignent déjà d'une dynamique. Gérard Collomb est un orfèvre dès qu'il s'agit de trouver des relais à son action politique. À l'appel du maire de Lyon, Vincent Carry, le président du comité de soutiens baptisé "Acteurs de la Ville" a présenté ce mardi les premières personnalités qui s'engagent à soutenir Gérard Collomb. Ils viennent de tous les horizons. Une sportive : Corinne Maîtrejean (vice-championne du monde d'escrime). Des acteurs économiques : Bruno Bonnell (Robopolis), Jihade Belamri (déjà présent en 2008), Stéphanie Balsollier (ex-directeur territorial délégué d'ERDF Lyon Métropole), Cédric Denoyel, Loïc Gazil, Claire Saddy (incubateur Lyon Pionnières), Franck Boucaud-Maître (chocolat Voisin). Gérard Collomb pourra compter sur le soutien de poids de l'ancienne bâtonnière du Barreau de Lyon, Myriam Picot.

Un prix Goncourt dans les soutiens

©DR

©DR

L'univers de la culture est aussi largement et significativement représenté. Outre les attendus Serge Dorny (directeur de l'Opéra de Lyon), Marie Rigaud (fondatrice du Printemps de Pérouges) et Vincent Carry (Nuits Sonores) qui dépendent pour partie de la Ville de Lyon, Gérard Collomb reçoit le soutien d'Alexis Jenni, lauréat du prix Goncourt en 2011. Le monde associatif apparaît moins représenté qu'en 2001 et 2008 : Valérie Dor (avocate et présidente de la MJC de la Confluence) et Françoise Piessat-Guinand (Une souris verte). Pour boucler le tour d'horizon de la société civile lyonnaise dans sa représentation classique, les universitaires Elvire Servien (professeur et chirurgien du sport), Vincent Michelot (professeur et directeur des relations internationales de Sciences Po), Emma Bellouere (étudiante). Le restaurateur Christian Têtedoie, figure emblématique du quartier rénové de l'Antiquaille, complète cette liste des 20 premiers soutiens.

Carry président

Vincent Carry, directeur des Nuits sonores

© Tim Douet

Cette liste a de quoi parler aux réseaux économiques et culturels, deux pans de la vie lyonnaise soigneusement chouchoutés par Gérard Collomb depuis 2001. La patte de Vincent Carry, devenu un acteur incontournable de la ville depuis l'accession au pouvoir du maire, transparaît de cette première livraison de soutiens. Elsa Audouin, graphiste, travaille régulièrement en relation avec les Nuits Sonores et Cédric Denoyel est administrateur d'Arty Farty et président adjoint du Sucre, le club à la mode confié à Vincent Carry par GL Events, l'exploitant de la Sucrière. Le fondateur des Nuits Sonores préside ce comité de soutien. Il a été préféré à Bruno Bonnell un temps pressenti. "Bruno était une solution de facilité et il aurait marqué une entrée en campagne trop centriste", confie un vice-président du Grand Lyon.

Ces soutiens pourraient aussi figurer sur les listes de Gérard Collomb en mars 2014. En 2008, Richard Brumm, Heidi Giovachini, Jean-François Arrue, Olivier Brachet, Georges Kepenekian, Bruno Lebuhotel ou encore Roland Bernard avaient franchi le pas. Dans la première fournée des amis du maire de Lyon, aucun n'a affiché publiquement le souhait d'en faire de même. Franck Boucaud-Maître (Voisin), Bruno Bonnell et Vincent Carry ont fait entendre leur volonté de rester concentrés sur leurs activités professionnelles. "Il n'y a pas de principe acté. Gérard Collomb établira ses listes et je l'invite à faire appel à la société civile. La liste doit être marquée par le sceau du renouvellement", prône Vincent Carry. "Je n'ai pas vocation à faire de la politique mais à remercier quelqu'un qui a transformé la ville", soutient le gérant des chocolats Voisin.

Les soutiens donnent du temps à Collomb

Comme il est de coutume, les premiers soutiens ont procédé à la promotion de l'action du maire de Lyon. "Chez Gallimard, mon éditeur, quelqu'un m'a demandé si j'étais toujours lyonnais. Dans son esprit, je sentais qu'il voulait dire que je pouvais vivre ma vie d'écrivain à Paris. Mais Lyon est un pays extraordinaire. Je goûte à la richesse culturelle, à la qualité de vie. J'ai connu une ville grise et vide il y a 10 ou 15 ans. Gérard Collomb est pour quelque chose dans ce changement. Les écrivains sont parfois peu sociables mais je crois au politique. Nous en avons besoin pour prendre des décisions et monter des projets", explique Alexis Jenni.

Le critère de la ville embellie revient dans la bouche de tous les soutiens. Des propos des proches de Gérard Collomb transpirent aussi ce qui devrait être la stratégie du candidat socialiste : le capitaine dans la tempête. "J'ai voulu formaliser mon engagement car je pense qu'il y a encore des choses à faire sur un troisième mandat. Une troisième étape est nécessaire pour les nouveaux bouleversements que l'on va connaître. Il faut maintenir la stabilité de l'action économique. La route est encore longue, il est donc important de prolonger l'action", affirme Bruno Bonnell qui soutenait déjà Gérard Collomb officieusement depuis 2001. "Il a une capacité de rassemblement qui va au-delà des clivages politiques. Il a la culture de l'action, du projet", souligne Vincent Carry.

Volontairement Gérard Collomb n'était pas présent ce mardi matin. "Nous ne voulons pas télescoper son calendrier. Il veut rester maire de Lyon pendant un certain temps encore, s'occuper de l'exercice de ses responsabilités avant d'entrer en campagne", conclut Vincent Carry. En attendant que le maire de Lyon passe à la vitesse supérieure en janvier, ses soutiens vont occuper le terrain pour lui. Dans les prochains jours, ils devraient communiquer l'identité de nouveaux membres d'Acteurs de la ville.

Lire aussi : "Soutiens à Collomb : une pratique d'autrefois pour Havard"

9 commentaires
  1. Martin de Givors - mer 20 Nov 13 à 10 h 16

    Les vingt et plus de raisons de ne pas voter COLLOMB... A moins que vous ne préfériez les dépenses inutiles, destructrices d'environnement et de terres agricoles, avoir pour Lyon un Maire de Droite déguisé en courge rose au charisme politique d'une huitre ayant copulé avec un oursin, alors pas de problème COLLOMB est votre candidat idéal...

  2. Sophie_Lyon - mer 20 Nov 13 à 10 h 21

    Une directrice d'ERDF ? késako ? erdf a une mission de service public, comment un directeur peut il passer outre un devoir de réserve ? éclairez moi 😀

  3. populiste - mer 20 Nov 13 à 10 h 30

    Monsieur le Premier Ministre, une partie de ces personnes dépend du privé et est heureuse de voter pour un sénateur socialiste qui incarne les impôts depuis 17 mois. Alors taxer les beaucoup plus car, si ils sont contents c'est qu'ils ont beaucoup trop d'argent.

  4. jaimelyon - mer 20 Nov 13 à 11 h 41

    Lyon, première ville où il fait bon entreprendre http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/palmares-lyon-meilleure-ville-pour-entreprendre_44074.htmlLyon, 3ème ville du monde pour sa gastronomie http://www.ucityguides.com/cities/top-10-best-food-cities.htmlVoilà, costaud comme bilan pour Gérard Collomb, non ?En face, on a quoi ? Un mec qui couine parce qu’il n’a pas de soutiens…et qui veut faire exploser les impôts avec un métro pourri à 2 milliards d’euros.

  5. Dollet - jeu 21 Nov 13 à 13 h 36

    Un comité de soutien très people!! Bien loin de la réalité quotidienne des lyonnaises et lyonnais! Quelle dérive! Comment les militants socialistes peuvent ils accepter cela??? Jaurès, reviens! Il sont devenus sourds et aveugles!

  6. lyonnais - jeu 21 Nov 13 à 17 h 58

    Monsieur 'jaimelyon' petit soldat à G.Collomb.Votre Collomb n'y est pour rien pour la gastronomie, c'est du travail de longue haleine. Votre Collomb n'y est pour rien pour le titre de 1ère ville d'Arts française, les biennales, fêtes des Lumières, théâtres, etc... ont été impulsés par ces prédécesseurs. Votre Collomb n'y est non plus pour rien pour la 1ère p. des villes intelligentes où il fait bon entreprendre, travail de ces prédécesseurs. Etc,...Vous voyez, Lyon n'est pas née en 2001 !!

  7. ZZORRO22 - ven 29 Nov 13 à 19 h 10

    Dommage que les soutiens incluent des personnes faisant preuve d'abus de pouvoir telles que Bruno Lebuhotel : http://brunolebuhotel.blogspot.com/

  8. rdesbois839 - jeu 5 Déc 13 à 9 h 45

    Collomb est depuis peu de temps entouré de chefs d’entreprises corrompu. Il s’aide le moindre désir de ses messieurs pour obtenir leurs soutiens. C’est ça la politique !! Et de gauche en plus !!

  9. rdesbois839 - jeu 5 Déc 13 à 9 h 51

    En effet, ce monsieur LEBUHOTEL sent la corruption a plein nez. ils sont tous verreux. A

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut