Bienvenue en "Moscovicie", à Lyon

Et pourtant, dans la perspective de la désignation du successeur de François Hollande à la tête du parti socialiste lors du prochain congrès à Reims, le soutien lyonnais au député n'a quasiment pas créé de dissensions. Pour Julien, nouveau militant PS à Lyon, 'convaincu par Gérard Collomb', il est évident que Moscovici est celui qui 'doit prendre la tête du PS'. 'Ne confondons pas les échéances', a soutenu quant à elle Marisol Touraine, représentant Pierre Moscovici absent, et exhortant les militant à ne pas désigner un candidat aux prochaines présidentielles, mais un premier secrétaire du PS pouvant créer 'un leadership de travail'.
Même Jean-Luc Mélanchon, sénateur PS de l'Essonne connu pour ses coups de gueule contestataires, s'est rallié au choix Moscovici. Il a toutefois trouvé ce samedi un autre moyen de donner un coup de griffe à Gérard Collomb, le sommant de se positionner plus clairement sur d'éventuels rapprochements avec le MoDem. 'Je suis évidemment contre', a-t-il précisé. La matinée consacrée aux contributions des militants s'est achevée sous une pluie battante, incitant nombre d'entre eux à quitter le séminaire, avant même qu'il ne soit achevé. Sans Moscovici, tout semblait moins excitant.

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut