Bayrou a-t-il tué le centre ? Christophe Geourjon répond (1/5)

A Lyon, les divisions apparues lors des municipales sont toujours d'actualité et aucun signe ne laisse entrevoir que les familles MoDem vont se réconcilier. A Lyon, on peut se demander si le centre et le MoDem en particulier ne se suicident pas ? Toute la semaine, un élu centriste répond à cette question (Notre dossier spécial en cliquant ici)

Ce mardi : Christophe Geourjon, conseiller municipal d'opposition à Lyon au sein du groupe Lyon démocrate. Il est encarté au MoDem. Lors des municipales, il s'était engagé aux côtés de Dominique Perben. Il fait partie de ce que l'on pourrait appeler le MoDem de droite.
"François Bayrou a une part de responsabilité en tant que président du MoDem dans l'échec des européennes. Sa campagne a été trop présidentielle et pas assez européenne. Notre résultat est en partie dû à cela. Le centre n'est pas K-O. L'enjeu, c'est de rassembler. Dans le Rhône, nous l'avons fait avec le rassemblement des centristes (une association créée sur les bases de ce que fut l'UDF, ndlr). Notre but est de rassembler des gens qui avaient l'habitude de travailler ensemble. Le centre est dispersé entre entre le Nouveau Centre, les Radicaux, le MoDem et avec le rassemblement des centristes, nous voulons recréer une famille. La première étape, c'est de travailler sur les idées. Dans le Rhône, je pense que le centre a de l'avenir. La famille centriste a éclaté du fait de stratégies diverses et variées mais il peut y avoir une convergence. Le corpus idéologique existe. Le reste, ce n'est que du marketing. Il faut laisser du temps au temps".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut