Najat Vallaud-Belkacem
© Tim Douet

Najat Vallaud-Belkacem victime d’une nouvelle attaque sexiste

Dans une chronique publiée sur le site Internet de l’hebdomadaire Le Point, la ministre de l’Éducation nationale et ancienne adjointe au maire de Lyon a été victime d’une nouvelle attaque sexiste.

Proie facile, cible quasi quotidienne des détracteurs du Gouvernement, la ministre de l'Éducation nationale a une nouvelle fois été visée par une attaque sexiste, comme le souligne l'hebdomadaire Marianne sur son site Internet. Cette fois, c'est une chronique intitulée “Najat Vallaud-Belkacem : les dessous chics de la réforme du collège de Jean-Paul Brighelli, essayiste, enseignant et membre de "Debout la France" qui a pris à partie l'ancienne adjointe au maire de Lyon.

"C'est dans Annie Hall que Woody Allen développe le concept californien de LVS – la ligne visible du slip. Mercredi, Najat Vallaud-Belkacem l'a réactualisé en LVS 2 – ligne visible du soutif. Une stratégie de communication vieille comme le monde – le rouge à lèvres et les pendentifs aux oreilles arborés par Mme Vallaud-Belkacem avaient ce mardi lors des questions au gouvernement à l'Assemblée la même fonction “écran de fumée” –, mais inédite devant la représentation nationale", a écrit l’essayiste.

Ces propos en disent plus sur l'émotion procurée à l'auteur que sur le caractère exceptionnel de voir dépasser un bout de tissu dans l’échancrure de la ministre. Bout de tissu que Jean-Paul Brighelli fantasme en soutien-gorge alors que rien ne l'affirme.

Une attaque sexiste qui n’est pas une première pour Najat Vallaud-Belkacem

Cette attaque rappelle plusieurs autres sorties contre la ministre. En juin 2013, Hugues Foucault, membre du parti de Christine Boutin et de l'UMP, écrivait sur Twitter :

Dans le même genre, Franck Keller, conseiller municipal (Les Républicains) de Neuilly, se demandait en août 2014 "quels atouts Najat Vallaud-Belkacem avait utilisés pour convaincre François Hollande de la nommer à un grand ministère ?"

Enfin, Gérard Collomb y était allé lui aussi de sa sortie sexiste à propos de son ancienne adjointe, en déclarant au journal L'Express en septembre 2014 que la ministre était "une séductrice" et que François Hollande "aim[ait] les jolies femmes".

Cette nouvelle attaque de Jean-Paul Brighelli contre Najat Vallaud-Belkacem a scandalisé la secrétaire d'État chargée des droits des femmes, Pascale Boistard, qui a réagi sur Twitter :

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut