Mignola-Wauquiez, l’alliance qui déclenche le feu des critiques

Quatre jours après l’officialisation de la liste commune entre Patrick Mignola (MoDem) et Laurent Wauquiez (LR) pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, les critiques pleuvent dru sur l’alliance.

Elle est jugée “contre nature” par le porte-parole du président du conseil régional Jean-Jack Queyranne. L’alliance entre le chef de file régional des Républicains, Laurent Wauquiez, et celui du MoDem, Patrick Mignola, a été officialisée vendredi 24 juillet, sous la forme d’une charte résumant les différents points de leur accord.

Des “combinaisons tactiques pour permettre à M. Wauquiez de s’acheter une conduite”

Depuis, Patrick Mignola, maire de La Ravoire et président de Métropole Savoie, subit le feu des sarcasmes de ses opposants politiques. “Il y a quelques semaines, pourtant, Patrick Mignola n’avait pas de mots assez durs à l’égard d’un Laurent Wauquiez qu’il jugeait trop droitier et diviseur”, souligne le porte-parole de Jean-Jack Queyranne dans un communiqué. Ce revirement de l’élu MoDem ne passe visiblement pas. “Le MoDem se renie et entretient une confusion des idées et des valeurs, continue le communiqué, considérant que l’accord “repose uniquement sur des combinaisons tactiques et politiciennes qui doivent permettre à M. Laurent Wauquiez de s’acheter une conduite dans l’espoir de se faire élire après plusieurs années de dérives droitières”.

Ses déclarations virulentes d’avril rappelées à Patrick Mignola

Mais le Parti socialiste n’est pas le seul à jouer sur la corde du “reniement des valeurs” pour critiquer le choix de Patrick Mignola, qu'il avait expliqué à Lyon Capitale. Éric Lafond, candidat sans étiquette aux élections municipales de 2014 à Lyon, conseiller municipal du 3e arrondissement et ancien du MoDem (dont il a été exclu), titre son communiqué “La dernière capitulation du centre”.

“Quand on affirme le 27 avril qu’“il n’y aura pas d’alliance avec l’UMP”, conclure une telle alliance le 24 juillet décrédibilise l’auteur et sa parole publique. Plus encore, quand on déclare mi-mai : “À notre droite, il y a un discours ultra-clivant qui prête le pas aux rassemblements homophobes, europhobes et islamophobes.” La radicalité de la critique est un choix, mais les mots ont un sens. On ne peut pas faire comme si tout cela n’avait pas existé, s’exclame Éric Lafond.

Sur Twitter, beaucoup interpellent le président de Métropole Savoie. Un groupe de sympathisants centristes notamment, Le Centre Autrement, a été créé après la signature de l’accord et alimente la critique envers le choix de Patrick Mignola sur le réseau social.

Dans son communiqué, le porte-parole de Jean-Jack Queyranne souligne enfin à plusieurs reprises que la liste conduite par le président du conseil régional sortant sera ouverte aux “démocrates sincères”. Il tend ainsi la main aux électeurs centristes, dont le poids pourrait être déterminant dans le scrutin de décembre.

à lire également
Alexandre Vincendet / François-Noël Buffet © Tim Douet (montage LC)
Le calendrier s’est brusquement accéléré à droite. Les Républicains veulent désigner leur candidat à la présidence de la métropole dès ce printemps. Le début de campagne entre François-Noël Buffet et Alexandre Vincendet fait en effet rejaillir d’anciennes tensions de la droite locale qu’Étienne Blanc et Laurent Wauquiez veulent rapidement éteindre.
2 commentaires
  1. Poxya - 28 juillet 2015

    Patrick Mignola est maire de La Ravoire en Savoie près de Chambery

  2. Redaction - 28 juillet 2015

    Toutes nos excuses à nos lecteurs et aux habitants de La Ravoire, dont le nom de la commune vient de recouvrer son orthographe. Merci de nous l'avoir signalé.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut