Gérard Larcher home
© DR

Laurent Wauquiez accueille le président du Sénat d’une étrange manière

Gérard Larcher, le président LR du Sénat, n’a pas apprécié la vanne du numéro un par intérim du parti Les Républicains.

"S'il arrivait quelque chose à François Hollande, ce serait le nouveau président de la République, ce qui ne serait pas forcément une mauvaise affaire." C'est par ces mots et un sourire non dissimulé que le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a présenté Gérard Larcher pour la quatrième et dernière visite de sa journée de déplacement dans le département de Haute-Loire. Si les sourires sont apparus dans l'auditoire du nouveau siège de la communauté de communes du pays de Montfaucon-en-Velay en soutien à Laurent Wauquiez, cette petite phrase n'a pas vraiment fait rire le président du Sénat.

Des précédents plus chaleureux

Les rapports entre le président du Sénat et Laurent Wauquiez laissent sans doute penser au président du conseil régional aurhalpin qu'il peut se permettre une telle boutade.

Quelques années plus tôt, en 2010, Laurent Wauquiez soulignait les réponses "sans langue de bois" que Gérard Larcher avait apportées aux élus de Haute-Loire lors d'une de ses visites, notamment "sur les questions de politique agricole, laitière ou encore de l'emploi en tant qu'ancien ministre délégué à l'emploi et à l'insertion professionnelle". S'il considérait à l'époque cette journée comme "des rencontres de terrain riches d'enseignements et d'échanges", il semble aujourd'hui avoir pris assez de galon et se sentir pousser des ailes pour enterrer François Hollande face au président du Sénat.

Mise à jour : Après une erreur sur le parti politique auquel appartient Gérard Larcher (LR), l'article a été modifié.
Faire défiler vers le haut