Fenech
© Tim Douet

Fenech s’oppose à un numerus clausus en prison

Le député (UMP) de la 11e circonscription du Rhône a vivement réagi aux propos d’Adeline Hazan, qui s’était prononcée en faveur de l’instauration d’un numerus clausus dans les prisons françaises. Pour Georges Fenech, cela s’apparente à “de la simple gestion hôtelière”.

Georges Fenech n'apprécie pas particulièrement l'idée d'Adeline Hazan, contrôleur général des lieux privatifs de liberté, qui préconise l'instauration de la règle du numerus clausus dans les prisons françaises. Cette proposition reviendrait à "différer les incarcérations quand le seuil est atteint", précise Adeline Hazan. Selon elle, "plus de 1 000 détenus dorment par terre, dans des cellules déjà surchargées".

Pour le député de la 11e circonscription du Rhône, "préconiser cette gestion purement hôtelière des prisons est totalement irresponsable et ne fera qu’envoyer un message de laxisme à la délinquance récidiviste", dans un contexte d'"explosion de la délinquance et [d']inexécution des peines".

Dans un communiqué daté du 25 novembre, Georges Fenech appelle Christiane Taubira, la garde des Sceaux, "à se positionner clairement par rapport à cette proposition et à engager sans tarder la construction des 20 000 places de prison manquantes, qui sont indispensables".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut