Conseil régional 4.01.16
© Tim Douet

À la région, bataille de chiffres autour de l’aide aux entreprises

Les objectifs de la région Auvergne-Rhône-Alpes en matière d’aide au développement économique sont ambitieux : 100 millions d’euros et 20 000 emplois créés. Mais l’opposition reproche à Laurent Wauquiez d’abuser des effets d’annonce et demande des mesures chiffrées. Compte rendu de session.

Souvent, les assemblées plénières du conseil régional tournent autour des talents oratoires de Laurent Wauquiez. D’un côté, la majorité annonce des montants d’investissement jamais vus. De l’autre, l’opposition dénonce une intox. L’aide aux entreprises, le grand dossier de l’assemblée plénière trimestrielle du jour (le conseil régional n’avait pas siégé depuis la fin novembre), n’a pas échappé à cette routine. “Nous allons investir 100 millions d’euros pour accompagner nos entreprises. Nous voulons être dans le top 3 des entreprises en matière d’emploi”, a déclaré Laurent Wauquiez, le président LR du conseil régional. Avant d’égrener les grands axes de son plan : “Nous simplifions les dispositifs, qui passent de 34 à 4. Nous voulons développer nos entreprises et arrêter le processus de rachat par des entreprises étrangères ou de délocalisation. Nous accompagnerons 10 000 entreprises pour faire émerger des champions régionaux.” La région souhaite aussi aider les sociétés à faire face à la révolution numérique.

L’opposition dénonce “beaucoup de flou”

Les annonces de Laurent Wauquiez ont laissé sceptiques les groupes d’opposition. “Ce rapport est vide. Vous nous demandez de prendre acte de principes de budget, de modifications de conventions. Il y a bien sûr quelques éléments concrets sur le soutien à l’investissement, mais hélas – et la ritournelle devient lassante – cela se fait encore sans critères contraignants, notamment sur la création d’emplois. Ce rapport, c’est beaucoup d’ambitions affichées et beaucoup de flou”, a pointé le conseiller régional PRG Bernard Chaverot. “L’ambition régionale se limite au maintien de l’emploi. Vous vous gargarisez d’avoir aidé beaucoup d’entreprises, mais nous n’avons aucun chiffre sur le nombre de postes qui ont été créés. L’emploi n’est qu’un sous-produit de la politique”, a regretté de son côté Raphaël Debu, conseiller régional communiste de la métropole de Lyon. Le rapport régional se fixe comme objectif de favoriser la création de 10 000 emplois dans l’économie numérique et autant dans le secteur du tourisme.

L’agence de développement économique mise en cause

Le groupe socialiste et démocrate a pointé des délibérations qui arrivent après deux années d’inaction en matière de politique économique : “Ce sont les premières propositions concrètes de l’exécutif depuis l’élection de Laurent Wauquiez. Et ces propositions se révèlent être d’une faiblesse inouïe. C’est même de véritables cache-misère qui tentent vainement de masquer l’inaction de l’exécutif depuis deux ans et de calmer le mécontentement qui monte dans les milieux économiques.” Le groupe présidé par Jean-François Debat tacle aussi Laurent Wauquiez sur une agence de développement économique, bras armé de la politique régionale, qui n’a depuis son installation aidé aucune entreprise. Le président du conseil régional a présenté d’autres chiffres : 3 700 entreprises accompagnées.

Une enveloppe pour les commerces de proximité

Les élus d’opposition PS ont aussi pointé le décalage, comme souvent, entre les montants annoncés par Laurent Wauquiez et l’absence d’engagements chiffrés dans le rapport voté par les élus sur l’aide aux commerces de proximité. En début de semaine, Laurent Wauquiez avait annoncé un investissement de la région de 36 millions d’euros. “Nous ne voulons plus que les pas de porte et les commerces désertent nos villes et nos villages”, argue le président du conseil régional. Dans la délibération votée par les conseillers régionaux ce jeudi, cette ambition transparaît sous la forme d’une enveloppe globale.

à lire également
Étienne Blanc, au conseil régional, en mai 2018 © Tim Douet
L’alternance dans la continuité, propose Étienne Blanc à la droite lyonnaise. Tendant la main aux élus Synergies du Grand Lyon. Objectif : ramener au bercail le peuple de droite séduit par Collomb. De la région, où il fait office de président bis, Étienne Blanc plaide pour une métropole dont le développement s’appuie sur les territoires voisins.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut