Un parking interdit au nom de la qualité de l'air

La cour administrative d'appel vient en effet de retoquer le président Michel Mercier (Modem) et le préfet, qui voulaient leur offrir un beau parking, sous le square Delestraint. Ce projet avait suscité la colère des riverains, qui ne voulaient pas laisser couper les vieux arbres du square.
La Cour a en effet estimé "que le quartier de l'hôtel du département, situé au centre de l'agglomération de Lyon, est desservi par le métro, plusieurs lignes de bus et une ligne de tramway qui le relie directement aux deux gares ferroviaires principales de l'agglomération" et "qu'il offre ainsi de larges possibilités alternatives à l'usage de la voiture particulière". S'appuyant sur la loi sur l'air de 1996, la Cour rappelle que "les collectivités publiques doivent s'attacher (...) à assurer les conditions d'un renversement de tendance dans la répartition des déplacements entre les différents modes de transports en diminuant l'usage de la voiture individuelle et en favorisant corrélativement les transports collectifs pour les trajets quotidiens domicile-travail". Et par conséquent, la Cour juge que "la création d'une offre supplémentaire de stationnement gratuit ou à faible tarification (...) ne peut être regardée comme présentant un intérêt général".
Premier à réagir, le secrétaire général des Verts, Pierre Hémon, espère que cette décision "puisse faire désormais jurisprudence". "C'est sans doute la première fois que la construction de parking est refusée au nom de la loi sur l'air" souligne-t-il.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut