Hôtel de police Lyon 3e
© Tim Douet

Hommage à Rémi Fraisse à Lyon : 18 personnes interpellées

Dix-huit personnes étaient en garde à vue ce vendredi matin. Elles avaient participé à une manifestation non déclarée, jeudi soir, dans le centre-ville de Lyon, à la mémoire de Rémi Fraisse. Des manifestants ont relaté à Lyon Capitale les heurts avec la police.

Alertés par les réseaux sociaux, environ 150 manifestants s'étaient rassemblés aux alentours de 19h sur la place du Pont, dans le 7e arrondissement de Lyon.

Ils voulaient rendre hommage à Rémi Fraisse, le militant écologiste de 21 ans tué par une grenade offensive de gendarmerie, lors de heurts sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn. La manifestation était d'ailleurs intitulée : “La police tue, et maintenant qu'est-ce qu'on fait ?”

“Nous avions peur”

La police a refusé que les participants forment un cortège, la manifestation n'ayant pas été légalement déclarée en préfecture. Selon trois manifestants sur place qui ont livré un témoignage à Lyon Capitale, des slogans sont alors lancés – "Fuck la police !", "Nique la police !", "Les flics assassinent, on ne se laissera pas marcher dessus", ou encore "Bravo, elle est belle la République" – face au blocage total initié par les forces de l'ordre. "Nous nous sentions totalement piégés, relatent les jeunes gens à Lyon Capitale. Dépourvus de toute solution, nous avions peur, nous ne savions pas quoi faire, nous n'avions pas envie d'abandonner nos idées et la manifestation comme ça, nous attendions la charge des CRS."

Ils admettent que certains manifestants "narguaient" la police et les CRS. Selon eux, des bombes lacrymogènes ont été lancées par la police. Celle-ci a d'ailleurs procédé à l'interpellation de deux personnes pour des jets de projectiles à l'encontre des forces de l'ordre.

“La mouvance anarchiste et l’ultragauche”

Selon la police, le groupe s'est ensuite dispersé avant qu'une cinquantaine de personnes ne se réunissent de nouveau vers 20h. "La BAC passe rapidement et cela déclenche une montée de violence soudaine dans un groupe qui était jusque-là très calme", expliquent les jeunes manifestants. Du matériel urbain a été tagué et certains manifestants ont mis le feu à quelques poubelles. Pour les manifestants, il n'y a "que quelques poubelles renversées", certains d'entres eux essayant même de les "ramasser derrière, parfois aidés de riverains" selon une jeune femme participant à la manifestation. Après ces heurts, seize autres personnes ont alors été interpellées.

Les gardés à vue appartiennent à "la mouvance anarchiste et de l'ultragauche", a expliqué Albert Doutre, le directeur départemental de la Sûreté urbaine, à l'AFP. "Ce sont des individus qui manifestement essayent de rassembler un maximum de personnes dans le seul but d'en découdre avec la police", a-t-il précisé.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut