Najat Vallaud-Belkacem
© Tim Douet

Drame de Vénissieux : “Notre système scolaire doit encore progresser”

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, était l’invitée ce matin d’iTélé, où elle est revenue sur le drame de Vénissieux où un enfant de 12 ans a été poignardé par un de ses camarades de classe qu’il rackettait.

“C’est une triste histoire. Il faut faire très attention avec cette affaire parce qu'elle est d’une complexité infinie. L’auteur des coups est un enfant qui visiblement était racketté depuis un certain temps. Qui, ne sachant pas comment en parler et comment se libérer de cette emprise du racket, a fini par croire que la seule possibilité qui lui restait était la violence physique et qui du coup a sorti un couteau. C'est un acte extraordinairement grave et on ne peut pas faire comme si de rien n’était”, a expliqué Najat Vallaud-Belkacem au micro d'iTélé ce vendredi matin.

Ce drame doit faire “progresser notre système scolaire”, explique la ministre de l’Éducation nationale. “Ce sur quoi notre système scolaire doit encore progresser, et il le fait pas mal ces derniers temps, c'est sur la question du climat scolaire. J'ai lancé il y a quelques mois une grande campagne contre le harcèlement à l'école. Nous devons avoir dans chaque établissement scolaire un plan de prévention des violences et des enquêtes dites “climat scolaire”, pour faire en sorte que cela remonte à temps aux équipes pédagogiques et qu’elles puissent réagir”, a conclu la ministre sur ce sujet.

Pour rappel, le drame a eu lieu ce mercredi matin à l'entrée de l'école primaire Anatole-France, dans le quartier des Minguettes à Vénissieux. Les deux enfants de 11 et 12 ans étaient dans la même classe de CM2. Victime de racket, le plus jeune a réagi en assenant deux coups de couteau à son camarade. Ce dernier est aujourd'hui hors de danger. L'autre enfant a été mis en examen pour “tentative de meurtre”. La maire de Vénissieux, Michèle Picard, a d'ailleurs écrit une lettre à Najat Vallaud-Belkacem sur ce drame.

Lire aussi : “Vénissieux : que risque l’élève qui a poignardé son camarade ?
Faire défiler vers le haut