Centrale nucléaire du Bugey : la ville de Genève porte plainte contre X

Le canton et la ville de Genève ont déposé une plainte pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et de pollution des eaux contre X concernant la centrale nucléaire du Bugey (Ain).

La centrale de Saint-Vulbas située à 70 kilomètres à vol d'oiseau de Genève. En mars 2015, la Ville de Genève s'était associée avec l'ancienne ministre de l'Environnement et avocate, Corinne Lepage. Entre temps, un problème d'étanchéité avait été signalé sur la centrale l'été dernier.

Le Conseil d'État genevois et le Conseil administratif de la Ville de Genève ont annoncé la tenue d'une conférence de presse à ce sujet la semaine prochaine. Cette déclaration intervient une semaine après l'annonce par Ségolène Royale de sa volonté de prolonger de dix ans la durée de vie des centrales nucléaires.

3 commentaires
  1. juanphilip69 - 3 mars 2016

    Je n'arrive pas très bien à comprendre l'histoireLa Suisse se plaint de la pollution des eaux de la centrale du Buggey ?Parce que l'eau qui arrive de Suisse pour refroidir la centrale ne descend plus vers la méditerranée, mais remonterait aujourd'hui au Léman ?Affaire à suivre ....

  2. Robes Pierre - 3 mars 2016

    Bien à l'abri sur les tas d'or de l'Europe certaines mauvaises langues prétendent que celui des nazis y serait toujours planqué nos Contradicteurs Helvètes se permettent d'intervenir dans notre politique énergétique tels les allemands , furieux de la décision d'Anguella d'avoir fermée leurs centrales nucléaires , oubliant les milliards de particules dissipées de celles à charbon rabattues par les vents jusqu'à la capitale. Comme pour les décisions de l'Europe qui ne nous sont pas favorables nous sommes un pays nœud de circulation internationale , on rétablit les contrôles aux frontières, avec consignes de zèle à nos douaniers .

  3. guidoline - 4 mars 2016

    Il y aura toujours des gens pour défendre le nucléaire… jusqu'à ce qu'une centrale pète et ils seront les premiers à partir très loin ou à s'enfermer chez eux s'ils n'ont pas le temps de fuir, complètement terrorisés. A juste titre. Je me demande toujours pourquoi on se fait l'avocat d'un système qui n'hésitera pas à nous mentir et nous écraser au premier problème venu. L'âme humaine est curieusement faite.L'interview dans Libé du président de l'Autorité de sureté nucléaire, qu'on peut difficilement taxer d'anti-nucléaire, est éclairante sur les risques que nous encourrons : http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/03/il-faut-imaginer-qu-un-accident-de-type-fukushima-puisse-survenir-en-europe_1437315

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut