Yuval Pick Are friends electric 1
© Sébastien Erome

Yuval Pick, danse électrique

Poursuivant son travail sur la relation du corps à la musique et sur la mémoire collective, le directeur du centre chorégraphique national de Rillieux explore l’univers pop de Kraftwerk. Il questionne la survie de l’homme dans un environnement urbanisé et mécanisé.

Are friends electric ? – Chorégraphie de Yuval Pick © Laurent Philippe

© Laurent Philippe
Yuval Pick / Are friends electric ?

Pour sa dernière création, Are friends electric ?, le chorégraphe Yuval Pick s’est emparé de la période 1974-1981 de Kraftwerk, qui a vu la publication d’Autobahn, Radio-Aktivität, Trans-Europa Express et Computerwelt.

“Ces albums sont caractérisés par un son surtout analogique et des rythmes qui m’évoquent les battements d’un cœur, une respiration, une marche, une transe, un geste musical à l’échelle humaine, précise-t-il. Je lis ce moment de leur parcours comme l’invention d’un nouveau romantisme européen qui réinterprète la relation de l’homme à son environnement.”

Toucher la moelle

Are friends electric ? – Chorégraphie de Yuval Pick © Sébastien Erome

© Sébastien Erome

L’écriture chorégraphique sonde les corps pour tenter d’extraire de la chair et des os la mémoire enfouie.
Yuval Pick utilise la torsion du corps, qu’il considère comme une action organique permettant de toucher la moelle et le squelette de l’interprète.

“Le rythme de la musique de Kraftwerk, explique-t-il, a été un moyen de creuser la matière chorégraphique. Les boucles sonores, leur composition cyclique et les variations d’amplitude sonore nous ont permis de dévoiler l’intention profonde de la matière de chacun.”

L’ambiguïté du commun

À ce travail, Yuval Pick a intégré les trajectoires spatiales des danses traditionnelles européennes, comme le menuet qui met en œuvre une manière codifiée de se rencontrer par des partitions de rapprochement et d’éloignement.

Are friends electric ? reflète ma préoccupation à l’égard de l’ambiguïté qui réside dans la notion de commun, confie le chorégraphe. Hyper-individualités, besoin profond d’appartenance collective, comment survivre dans un espace contemporain polarisé.”

Yuval Pick / Are friends electric ? (aperçu vidéo ci-dessous)
Mardi 24 et mercredi 25 janvier à 20h30, au CCN de Rillieux-la-Pape.
à lire également
Threshold (Seuil) – Cie Le Patin Libre © Rolline Laporte
Après la pluie, la glace ? Non, les éléments semblent aujourd’hui laisser le théâtre antique sécher. La glace ne sera que support à la poésie. Avec le nouveau spectacle du Patin Libre québécois à la patinoire Charlemagne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut