Gonzoo pornodrame 1
© Michel Cavalca

Théâtre : un “pornodrame” au TNP

Philippe Vincent poursuit sa collaboration avec le dramaturge contemporain Riad Gahmi. Il crée cette semaine au TNP sa nouvelle pièce, Gonzoo.

Gonzoo, de Riad Gahmi – Mise en scène de Philippe Vincent (photo de répétition) © Michel Cavalca

© Michel Cavalca
Gonzoo, de Riad Gahmi – Mise en scène Philippe Vincent.

La “meilleure employée de l’année”, Jésus et Barabbas

La marchandisation du corps a-t-elle encore des limites ? C’est une question qu’il est légitime de se poser quand on voit comment la prostitution a pu être parfois défendue en France. Mais, dans ce domaine, les limites semblent encore s’éloigner davantage en Chine. Ainsi la pièce de Riad Gahmi que met en scène Philippe Vincent est-elle inspirée par une anecdote réelle. En 2014, une entreprise chinoise basée à Shanghai, spécialisée dans l’invention de logiciels, a proposé en guise de récompense à l’employé enregistrant les meilleurs résultats une nuit avec une célèbre actrice porno japonaise…

Dans la nouvelle pièce de Riad Gahmi, l’auteur d’Un Arabe dans mon miroir que Philippe Vincent avait mis en scène il y a quelques années, c’est une femme qui est consacrée “meilleure employée de l’année”. Elle récupère son lot humain, un hardeur renommé, une manière de Rocco Siffredi qu’elle se fait un plaisir de savourer. Avant de mourir dans un accident de voiture, laissant son cadeau, l’acteur porno, inconsolable…

À travers cette histoire, le spectacle que met en scène Philippe Vincent propose une réflexion sur l’inflexible loi du marché et l’attirance pour la pornographie qui régentent nos vies. À cet effet, il convoque même, comme des figures révolutionnaires, Jésus et Barabbas. Sur les planches, on retrouvera tout ce qui caractérise son théâtre, écrans géants et musique live.

Gonzoo, de Riad Gahmi – Mise en scène de Philippe Vincent (photo de répétition) © Michel Cavalca

© Michel Cavalca
Gonzoo – Du 7 au 11 mars à 20h30, au TNP.
> Lectures de textes en lien avec la pièce, sur le thème “Le corps, une pièce détachée ?”, le 8 mars à 12h30, au musée des Beaux-Arts (accessible avec un billet d’entrée au musée)
> Rencontre avec des membres de l’équipe à l’issue de la représentation le 9 mars.
à lire également
La compagnie de théâtre 8e sens présente pendant les vacances de la Toussaint sa deuxième création. Dès 6 ans, "Fais de beaux rêves" invite le public à l'évasion dans l'univers du rêve et du conte pour enfants. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut