Super-Héros Movie : surhumain, trop humain ?

La figure ultime en sera bientôt incarnée par Will Smith dans Hancock : un super-héros impopulaire et antipathique qui fait appel à un expert en relations publiques pour améliorer son image. Hancock a beau faire le Bien, ce surhomme a des défauts si surhumains que plus personne ne le supporte. Manière d'exploiter ainsi en le parodiant un thème déjà éculé des films de super-héros classiques (de Spider-Man à X-Men en passant par Batman ou L'Incroyable Hulk) : les difficultés du surhomme à s'accepter et à se faire accepter par le monde des gens " normaux ". Mais quand il s'agit de parodie, le maître s'appelle David Zucker, père, entre autres, de la série des Y a-t-il... qui épingla aussi bien le film catastrophe que la série des James Bond. Dans l'esprit des Scary Movie avec les films d'horreur, Zucker et sa bande s'attaquent donc aux super-héros avec le bien nommé et plutôt réussi Super-Héros Movie. Une évidence tant la narration de ces adaptations de comics est codifiée, avec des personnages si archétypaux qu'il est facile d'en grossir le trait. Super-Héros Movie, qui met en scène un ersatz de Spider-Man, L'Homme-Libellule, s'amuse ainsi à renverser le credo boy scout de son cousin l'Araignée, " un grand pouvoir appelle de grandes responsabilités ". Après tout pourquoi se fatiguer à être courageux quand il est si facile d'être veule, à être droit quand il est tentant de se laisser corrompre, ou à chérir sa bien-aimée quand on peut taper dans le réservoir à gonzesses ? A la rigoriste philosophie spiderienne, Super-Héros Movie préfère donc une ligne bling-bling que peu d'hommes de pouvoir renieraient : " un grand pouvoir appelle de grosses chaudasses ". Problème : après avoir été piqué par une libellule mutante, Rick Ricker, en dépit de ses super pouvoirs, reste maladroit, idiot et loser. Il n'aura d'ailleurs pas très longtemps le loisir d'endosser son destin de sauveur de la planète. Ce n'est pourtant pas, comme on pourrait s'y attendre, sa part excessive d'humanité ou ses doutes existentiels qui l'en empêchent. Ce sont ses nouveaux pouvoirs qui se retournent cruellement contre lui. Car une fois la victoire remportée sur son adversaire, le cruel Sablier, une fois découvert et maîtrisé l'insecte volant qui sommeille en lui, Rick Ricker-Libellule embrasse la destinée sommaire de n'importe quel insecte : il s'aplatit sur le pare-brise d'un hélico. Trop humain ? Peut-être pas assez, au contraire.
KM

Super-Héros Movie **

De Craig Mazin. Avec Drake Bell, Sara Paxton, Leslie Nielsen... Comédie. Etats-Unis. 1h25.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut