Si c'était L... ?

C'est la version officielle, mais si tout cela n'était pas vrai ? A la fin de la pièce on ne sait plus. Le vrai, le faux. Le rêve, le réel. On s'est promené du rire aux larmes dans une histoire qui rebondit sans cesse, où deux amis, colocataires endurcis, s'étaient promis de ne jamais, jamais plus, rouvrir le couvercle de plomb vissé sur leur lourd secret : Laura est morte. Et tout le reste est enfermé avec, sous le couvercle  : ce qu'ils n'osent pas dire, ce qu'ils n'osent même pas penser, même pas s'avouer à eux-même et qu'ils finissent pas se jeter à la figure comme des sales gosses qu'ils sont. Qui aime qui dans l'histoire ? Un petit grain de sable est venu déranger toute cette belle mécanique célibataire. Laura est revenue. " Laura " non, bien sûr, mais " Léna " qui lui ressemble terriblement. " Ben " et " Raph " se déchirent avec une férocité dont seuls les vrais amis sont capables. Julie Richard en " Lena " est étourdissante de sincérité. Pour leur premier coup d'essai, Nicolas Musilli et Emmanuel Pinto ont écrit une pièce troublante, une histoire qui dérange, qui se promène aux frontières du réel, légère et grave. Qui vient, l'air de rien, titiller le spectateur bien plus qu'il n'y paraît, sur ses propres vérités. Pour quelques jours à l'Acte 2, pour ses premières présentations publiques, et ensuite, si le succès en veut, pour une programmation la saison prochaine.
Si c'était L...jusqu'au 14 avril
Acte 2 Théâtre
32 quai Arloing tél 04 78 83 21 71

Le site

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut