Rencontre avec le poète Salah Stétié : "Homme fini, Paysage infini"

Du 7 au 16 mars, la poésie envahit la ville avec le Printemps des poètes. Autour de rencontres, lectures, performances, les nombreux poètes et artistes invités débattront de la question "d’infinis paysages". À cette occasion, Lyon Capitale a recueilli les impressions du poète Salah Stétié -parrain de cette édition lyonnaise- au sujet de la poésie et de la thématique de cette édition.

- Lyon Capitale : Que vous inspire la thématique "d’Infinis paysages" de cette édition 2011 ?

- Salah Stétié : Cette thématique ne m'inspire rien de particulier, tant elle me paraît aller de soi. Depuis toujours, il existe un lien très étroit et très fort entre l'homme et son environnement naturel, surtout si cet homme est poète. Le poète appelle à lui les images, les signes et les figures de son jardin qui est le monde pour en nourrir son inspiration et, dans certains cas, à travers l'émotion immédiate reçue du paysage, serein fût-il, ou grandiose et sauvage, pour enrichir le trésor de ses projections symboliques. Rappelons-nous Baudelaire : La Nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles / L'homme y passe à travers des forêts de symboles / Qui l'observent avec des regards familiers. Le “Jardin de nature” a irrigué la sensibilité poétique en Orient et en Occident, au Nord et au Sud de la planète, tout ce fourmillement d'étoiles au-dessus de nos têtes, et cela, je l'ai dit, de tout temps, certaines langues et certaines époques se révélant plus sensibles que d'autres à cet envahissement, disons mieux à cette osmose puissante et créatrice entre l'homme et le monde. Il arrive d'ailleurs, souvent, que le paysage observé se charge d'imaginaire qui en multiplie le pouvoir affectif par l'entrée en scène de l'inconscient.

- La programmation décline la thématique au sens large, y compris en incluant une dimension sociétale et politique. Le poète doit-il jouer un rôle politique ? La poésie est-elle un contre-pouvoir ?

- La poésie est-elle un contre-pouvoir ? Bah ! Elle n'intéresse, hélas, presque personne aujourd'hui. Elle eut pourtant dans l'histoire un important impact politique : dans la société arabe pré-islamique, dans des périodes révolutionnaires (les poètes de la Révolution russe, par exemple : Maïakovski ou bien Alexandre Blokh) ou les poètes de la résistance, de toutes les résistances. Cela dit, chaque fois qu'il y a oppression et tyrannie, il appartient au poète de parler hautement, durement : Césaire l'a fait, Mahmoud Darwîch l'a fait, d'autres, beaucoup d'autres seraient à citer, et avant tout cela, à l'avant-garde de la parole revendicatrice et libératrice, le Victor Hugo des Châtiments.

- Quel est votre rapport au monde en tant que poète ?

- C'est un rapport continu, interrompu, simple et à la fois multiple. Tout chez moi devient allégorie, comme dit en substance Baudelaire, pardon du rapprochement, mais c'est chez moi, dans le grand âge qui est désormais le mien, le constat de l'expérience. Je reçois toute chose, tout être, tout événement en plein visage et, aussitôt, le grand jeu de l'interprétation et de l'anamorphose se déclenche et tout de ce qui m'arrive est lu par moi simultanément en lecture première immédiate, et en lecture seconde : qu'est-ce que cela veut dire ? s'interrogeait Mallarmé ; oui, qu'est-ce que ça veut dire ? Tout s'écrit pour moi, à un moment donné, sur fond d'absolu. Un absolu paradoxal, puisque je ne comprends pas le sens de ce mot en dehors d'une référence à un dieu et qu'en ce qui me concerne cette référence n'existe plus. Je vis dans les relativités du monde entre lesquelles les mots, mes mots entre autres, essaient de créer une “corrélation signifiante” aussi fragile, hélas, et aussi signifiante que la toile de l'araignée. Cette toile d'araignée comme le monde, les aspects innombrables du monde, pour les réunir au centre, en un lieu où par le seul fait de leur centration, les choses dispersées prennent sens : un sens de beauté, notre seule approche de l'absolu étant dans la révélation, si évasive soit-elle, de ce sens lui-même porteur d'une fulgurance, ligne d'horizon en feu à la crête des mots. C'est peut-être philosopher un peu trop. Pardonnez-moi.

- Pour des lecteurs qui ne connaîtraient pas votre œuvre, quel(s) ouvrage(s) leur conseilleriez-vous pour découvrir votre univers ? Pour quelles raisons ?

- Il faut toujours lire, d'un poète qu'on ne connaît pas, le premier livre et le plus récent. Pour réunir en une seule prise la fleur naissante et le fruit advenu, et de la sorte obtenir un trajet. En ce qui me concerne, je conseillerai à un lecteur intéressé par mon œuvre de commencer par la lecture de mon recueil augural L'Eau froide gardée (Gallimard, 1972) et de poursuivre, dans le même mouvement, par la lecture de mon recueil Oiseau ailé de lacs (Fata Morgana, 2010). Puis, par la suite, de lire ce qui lui plaît, poésie ou prose, entre ces deux bornes. La collection Bouquins (Robert Laffont) a publié en 2009 une partie de mon œuvre, un fort volume de 1200 pages intitulé En un lieu de brûlure : on peut aussi m'aborder par là si l'on veut.

Pour consulter les dates des rencontres avec Salah Stétié et tout le programme de l'édition 2011 du Printemps des poètes à Lyon : http://espacepandora.free.fr/Manifestations/printemps_des_poetes.html

à lire également
La nouvelle exposition temporaire du musée des Confluences s’intéresse au peuple kalash, qui habite les hautes montagnes entre le Pakistan et l’Afghanistan. Par sa scénographie, « Fêtes himalayennes, les derniers Kalash », nous permet d’aller à la rencontre d’une société et d’une culture en manque de reconnaissance.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut